Rue d'Asfeld

Communiquant de la place Mazelle à la place Saint Thiebault par le pont de la haute Seille, cette rue avait été créée en 1740 en partie sur l'emplacement des remparts et du jardin des Madeleines, ancien cimetière des Célestins. Le nom de monsieur le Marquis d'Asfeld, maréchal de France, lui avait été donné.

Le séminaire

Suite aux instances de l'évêque de Metz, les lettres patentes du roi de 1735 accordaient la construction d'un séminaire pour y recevoir gratuitement 100 jeunes clercs. Le séminaire avait été construit par monseigneur de Saint Simon, rue d'Asfeld sur les terrains des fortifications. Il avait été ouvert en novembre 1745 et les lazaristes en avaient pris la direction.

En 1774 après leur départ, leurs revenus des Célestins avaient été attribués au Séminaire Saint Simon pour l'éducation des gentils hommes et des jeunes filles et les bâtiments remis à l'évêque.

Pendant la révolution le grand séminaire était devenu en 1794 un hôpital militaire puis une prison militaire et enfin une caserne pour loger la légion départementale.

Un décret du 20 juillet 1807 avait de nouveau affecté le séminaire au logement des élèves en théologie, auparavant installé à l'évêché.

Un incendie s'était déclaré le 16 janvier 1826 au grand séminaire.

En 1830 il avait été fermé et converti en magasin militaire gardé par la garde nationale. Il avait été rouvert en 1832.

Le petit séminaire avait été installé provisoirement à Sainte Glossinde. Il fut transféré en 1837 dans un bâtiment construit dans le prolongement du grand séminaire jusqu'à la rue de la Gendarmerie.

La chapelle avait été construite en 1848 et en 1854 monseigneur Dupont des Loges avait réservé pour le grand séminaire tous les bâtiments de la rue d'Asfeld. Un petit séminaire avait été construit à Montigny dans une propriété appartenant à l'évêché.

En 1870 le séminaire occupait les n° 3 et 5 de la rue, l'arsenal du génie étant situé au n° 10.


En 1763 se trouvait dans la rue d'Asfeld le bureau des messageries, avec départ le samedi en passant par Nancy et arrivée à Strasbourg le mercredi.

Vers 1770 l'hôtel d'Asfeld était situé près du pavillon d'artillerie de la haute Seille. Les grandes pépinières de Plantières appartenaient à Simon Louis frères qui avaient fondés rue d'Asfeld un important commerce de graines et semences. En 1842 ils avaient reçus à Paris la grande médaille d'or.

En 1872 les sœurs franciscaines dites Blandine investissaient les bâtiments de la gendarmerie pour y installer un important hôpital.

En 1936 le grand séminaire se trouvait du n° 3 au n° 5. Le propriétaire du n° 3 était l'état alors que le n° 5 appartenait à l'évêché de Metz. Au n° 2 une mercerie en gros, au n° 2b des grains, n° 4 Défencycle première union française de prévoyance cycliste, agence de Metz, n° 4 bis vétérinaire, n° 6 hôpital Sainte Blandine, n° 8 Simon Louis frères & Cie, graines, n° 10 intendance militaire, n° 18 commerce de pommes de terre.

  • PT-4bisAsfeld1928_-_2-900x675.jpg
  • PT-4bisAsfeld1932-_3-900x675.jpg
  • PT-8asfeld1900_-_38-900x675.jpg
  • PT-8asfeld1907_-_36-900x675.jpg
  • PT-8asfeld1920_-_39-900x675.jpg
  • PT-8asfeld1921_-_37-900x675.jpg
  • PT-8asfeld1931_-_40-900x675.jpg
  • PT-asfeld1932_-_41-900x675.jpg
  • PT-8asfeld1933_-_34-900x675.jpg
  • PT-8asfeld1965_-_35-900x675.jpg





Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D

Fil des commentaires de ce billet

Ce billet n'a pas de commentaires


counter