Rue Vigne Saint Avold

Ce terrain jadis planté de vignes, hors la première enceinte, avait appartenu à l’abbaye de Saint Avold. Cette rue communiquait de la place des Charrons à la place Mazelle. Avant la création de cette place ce n’était qu’un cul de sac aboutissant contre le mur d’enceinte de la ville

Plusieurs maisons existaient déjà au XIVème et XVème siècle. Un nommé Michel Peltre habitait dans la rue vers 1550, ainsi que le tonnelier Pierre Champion, mais aussi Jean de Paulo, avocat.

Le maître des hautes et basses œuvres (bourreau) habitant de la rue était aussi chargé de la vidange des fosses d’aisances et des équarrissages. Il jouissait d’un jardin dans le bas de Queuleu au tournant de la Seille qui portait la dénomination de jardin du bourreau.

La maison située vers 1730 à l’extrémité de la rue était bâtie en partie sur l’ancien rempart.

Cette rue étant sujette aux inondations de la Seille, il fallait se déplacer au moyen de bateaux. Il avait été remédié à cet inconvénient en fermant l’écluse de la porte Mazelle au moyen de bouchons ou poutrelles. En 1740 l’écluse avait été rehaussée et avancée jusqu’au nouveau rempart lors de la création de la place Mazelle. A la même date l’ancien rempart disparu, la rue autrefois en cul de sac, avait un débouché sur la place.

En 1747 trois maisons avaient été abattues pour élargir la rue en formant une petite place, face à la rue des Charrons.

Il existait un puits appelé Puits Bénit situé dans la rue à proximité de la rue Lèche Barbe. Etant d’une grande utilité pour les voisins, ceux-ci avaient demandé l’installation d’une pompe. Le 21 janvier 1750 une ordonnance ordonnait la fermeture du puits. Une transformation démolissant la margelle et l’installation d’une porte fermant avec une clé, ce puits devenait réservé et ne pouvait plus être ouverte que par les pompiers en cas d’incendie.

La ville possédait dans cette rue un abattoir construit en 1820 et transformé depuis 1868 en lavoir et bains publics au n° 11/13 de la rue. La ville avait acheté en 1904 une maison contiguë au lavoir pour l’agrandissement de celui-ci.

Les commerces en 1936

N° 1 droguerie, n° 3 cordonnier, n° 5-7 épicerie, n° 11 bains et lavoirs municipaux, n° 17 boucherie charcuterie, n° 19 boulangerie, n° 21 bonneterie, n° 23 boucher charcutier, n° 25 menuiserie, n° 27 relieur, n° 31 confiserie mercerie, n° 33 ferblantier plombier, n° 41 peintre, n° 43 boulanger, n° 51 bureau de police,
1vigneStAvold1895 - 17.jpg
25-27vigneStAvold1908 - 15.jpg

N° 2 café de la Renaissance, n° 4 boucherie chevaline, n° 6 sellier, n° 8 pension de famille, n° 10 boulangerie, n° 12 café de la bonne source, n° 14 cordonnier, n° 18 serrurier, n° 20 cafetier, n° 22 menuisier, n° 24 cordonnier, n° 28 épicerie, n° 32 serrurier, n° 36-38 coiffeur, n° 42 vins et spiritueux.



Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D

Fil des commentaires de ce billet

Ce billet n'a pas de commentaires


counter