Rue Saint Henry

Cette rue communicant du Quarteau à la rue de la Gendarmerie, qui existait précédemment avait été dénommée rue Saint Henry lors de la construction de la caserne Coislin.

Une inscription au dessus d'une porte de Saint Nicolas donnant dans la rue Saint Henry rappelait l'ancien hôpital Saint Jacques, réuni à l'hôpital Saint Nicolas en 1728.

En juillet 1732 un terrain était reconnu convenable pour construire deux échoppes avec arcades, couvertes d'ardoises. Ces échoppes pourraient être attachées au mur des pavillons des officiers et à la caserne Coislin. Le terrain habituellement couvert d'immondices, serait avantagé par l'alignement de ces constructions qui ne dénatureraient pas les ornements de la porte d'entrée de la place. En 1735 Dominique Beaulieu, maitre tonnelier, Françoise et Claudine Beaulieu ses sœurs avaient obtenu la permission de construire une petite maison à la droite et à la gauche de l'entrée de la porte des casernes. Des échoppes, un demi cercle à l'extrémité de chacun des bâtiments étaient à créer à côté de la porte.

C'est dans cette rue que se trouvait à l'hôpital Saint Nicolas, l'ancien tour destiné à recevoir les enfants abandonnés. L'enfant délaissé installé dans le tour, une sonnette permettait de prévenir la sœur chargée de le recueillir.

Les locaux de l'hôpital Nicolas donnant dans la rue Saint Henry avaient été agrandis et reconstruits vers 1876.

Lors de l'établissement de l'égout vers 1868, il avait été trouvé de distance en distance de forts massifs de maçonnerie qui autrefois supportaient les maisons voûtées de la place du Champ à Seille. D'anciennes citernes bien conservées étaient jadis alimentées par la nappe d'eau de la Seille.

Au n° 10 on trouvait un cordonnier en 1936.




Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter