Rue Maurice Barrès

A l'origine la rue se serait appelée Chaude Ruelle en raison du cul de sac Chaulurelle à l'entrée de la rue près de la place Saint Martin, puis ensuite rue des Prisons Militaires après la construction de la prison.

Une partie des remparts de la porte Serpenoise à la tour Camoufle aboutissait en 1729 à la rue des prisons militaires pas encore créée.

La prison militaire avait été construite en 1739 remplaçant l'ancienne prison militaire située dans l'ancien château de la porte du pont des morts.

La rue avait été créée vers 1740 en même temps que la rue Chatillon.

Pour faciliter l'écoulement des eaux qui formaient un cloaque impraticable à l'extrémité de la rue (ancien cul de sac Chaulurelle), il avait été nécessaire en mars 1747 de supprimer 50 toises de terre. De l'angle de la rue au ruisseau près de l'église Saint Martin, une pente d'un pouce par toise avait été aménagée jusqu'à l'égout de l'hôpital Saint Nicolas.

En 1900 la rue avait été rélargie du côté de la prison jusqu'à la Chandellerue.

Devenue rue Maurice Barrès en 1923.

En 1936 au n° 1ter prison régionale, le surveillant en chef se nommait Robert Rausch, n° 9 des couturières, n° 11 manufacture lorraine de sièges, n° 23 atelier de menuiserie,

n° 8 établissement Est Photos, n° 12 recette des contributions indirectes de Metz, n° 16 entrepôts charbonniers de la Moselle, n° 20 avocat Béna.

  • PT-barres_-_19-900x675.jpg
  • PT-MBarrres_-_21-900x675.jpg
  • PT-barres_-_1-900x675.jpg
  • PT-prisonmilit_-_16-900x675.jpg
  • PT-facture_prison_-_1-900x675.jpg





Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter