Boulevard Maginot

Actuel boulevard Maginot, de la place Mazelle au boulevard Paixhans.

Autrefois cette rue longeait le rempart et s'appelait rue devant le rempart des Allemands.

En 1706 l'hôpital Saint Nicolas avait loué à Daniel Laurent, maitre charron, une petite maison près des remparts. Des bornes avaient été mises près des murs de la maison pour empêcher les chariots de passer trop près.

Nicolas Dumay, son voisin, aurait aimé obtenir cette location. Par dépit il avait fait signer à deux voisins une requête en justice pour ordonner la démolition des cinq bornes situées proches du mur de sa maison.

Les bornes avaient été installées avant la location de la maison, remplaçant d'ailleurs celles anciennement plantées qui étaient usées.

Ces bornes avaient été installées pour la conservation de la muraille qui sans elles aurait été détruite en très peu de temps par le passage continuel de chariots.

Le 11 septembre 1706, une autorisation avait été donnée de mettre six poteaux dont deux à côté de la grosse pierre qui faisait angle et quatre autres avec une saillie de cinq pouces pour la conservation du mur de la maison.

En 1727 huit maisons étaient situées dans la rue, dont une appartenant à Saint Simplice, une autre aux Célestins et deux à la ville.

Vis à vis du rempart des allemands en juillet 1736 le pavé de la rue avait été reconnu défectueux. Devant de la boutique du sieur Regnier le milieu du pavé étant bombé, les eaux rejaillissaient du côté de la maison du boucher Nicolas Barbier. Ne pouvant pas s'écouler les eaux croupissaient devant la boutique d'un cloutier. Après assignation, le pavé irrégulier avait été rétabli. Déjà en 1734 le ruisseau de la rue avait été reconnu trop proche d'une maison, le propriétaire de la maison étant chargé de l'entretien du pavé jusqu'au ruisseau. Le pavé était à remanier, la ville se chargeant de la dépense de l'autre moitié de la rue.

Une maison appartenant à l'hôpital Saint Georges, située face au rempart, avait plusieurs lézardes à côté du jambage de la porte d'entrée, ainsi que le cintre de la boutique cassé en plusieurs endroits. Une petite fille avait failli être écrasée par des pierres tombées de la façade. Une autre maison appartenant à un charcutier avait également des lézardes avec la pierre de taille de la fenêtre abimée. Le 13 juin 1781 les deux propriétaires avaient été condamnés à démolir leur façade dans les trois jours.

Les nommés Salrin et Jacques Millet demeurant devant le rempart des Allemands, ne pouvaient plus entretenir leur pavé abimé par le roulement des voitures qui sortaient de la porte des Allemands. Ces tombereaux passaient trop proches de leur mur, faute d'un passage libre pour entrer ou sortir de la porte des Allemands.
CaptureporteDesAllemands.JPG

Des tailleurs de pierres d'un chantier situé à proximité, y laissait tous les débris de leurs pierres, des particuliers y déposaient également des décombres, faisant un entassement de plus de trois pieds de haut. Certains y apportaient des paillasses qu'ils laissaient brûler pendant plusieurs jours, au risque de mettre le feu au quartier. Des charrettes laissées à cet emplacement barraient aussi presque entièrement le passage.

La ville habituellement envoyait des tombereaux pour l'enlèvement des boues et des balayeurs pour entretenir la place. En 1786 depuis plus de 4 mois, cette place n'avait pas été balayée et les immondices n'avaient pas été enlevées.

Les deux riverains avaient demandé que les immondices soient enlevées et qu'à l'avenir un passage moins proche de leur mur, soit réservé pour les voituriers.

En 1813 la rue avait été prolongée jusqu'à la poterne dite dame Colette, puis en 1846 à nouveau prolongée jusqu'à la basse Seille.

En 1903 adjudication le 7 décembre des travaux de terrassement et de démolition du rempart entre les portes des Allemands et Mazelle.
Capture Maginot.JPG

En 1929 la foire exposition de Metz se tenait le long du Boulevard, place Mazelle et avenue Foch.
foire expo1929 - 1.jpg

La porte des Allemands avait été restaurée en 2014.

Commerces en 1936 -rempart des Allemands

N° 3/4 vins en gros, n° 7 grossiste en fromages, n° 10 atelier de sellerie, n° 11/13 compagnie laitière de la Moselle, n° 18 coiffeur, n° 20 Café Français, n° 22 cafetier, n° 23 coiffeur et épicerie, n° 26 garage, n° 27 garage, n° 29 société Fam essence, n° 30 cordonnier, n° 31 laiterie et garage Saint Eucaire, n° 32 peintre pour autos, n° 33 entreprise d'électricité

20wadBilly-26RempartAllemands1924 - 7.jpg




Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D

Fil des commentaires de ce billet

Ce billet n'a pas de commentaires


counter