Rue Saint Ferroy ou Rue des sœurs Colette

Cette rue située entre la rue de l’Arsenal et la rue Marchant au bas de la montagne Saint Ferroy, communiquait avec la ruelle aux foins. Cette petite ruelle d'un accès extrêmement difficile servait autrefois de limite au quartier des juifs.

A l’origine une chapelle du nom de Saint Ferroy se trouvait dans cette rue qui en avait pris le nom.

En 1190 le curé de Saint Ferroy avait été témoin de la donation du poids de la laine par l'évêque à l'église Saint Thiebault. Un acte de 1195 signalait déjà une chapelle sous l'invocation de Saint Ferroy.

Le comte Albert de Dabord qui possédait le patronage de Saint Ferroy, en avait fait donation aux chanoines de Saint Thiebault, donation approuvé par Bertram évêque de Metz en 1197.

Dénommée vers 1500 vallée Saint Ferroy, cette vallée faisait suite à celle de Chèvremont.

Les sœurs Colette

Le couvent avait été fondé au grand Meize (grand jardin) par la veuve de Wiriat Louve vers 1480 à proximité du couvent des frères Baudes (terrain occupé actuellement par le collège Arsenal). Cette femme avait consacré sa fortune personnelle à la construction du couvent qui était occupé par les sœurs de Sainte Claire également appelées sœurs Colette. Avec une règle de vie très stricte, les sœurs vivaient d'aumônes, faisaient abstinence, marchaient pieds nus et couchaient à la dure. Leur but, recueillir des secours pour les vieillards.

Lors du siège de Charles Quint, leur monastère avait été démoli pour la construction du fort au retranchement de Guise.

Pendant quelques années les sœurs Colette avaient été relogées rue des Clercs dans la maison des trinitaires, puis installées en 1563 dans un bâtiment voisin de l'église Saint Ferroy. Erigée en paroisse depuis 1197, ce titre avait été supprimé et l'église Saint Ferroy avait été attribuée aux sœurs. Cette église avait été démolie en 1812. L'église Saint Ferroy était située à l'angle de la rue Marchand et de nombreux ossements avaient été découverts lorsque des fouilles y avaient été faites.

Avec l’arrivée des sœurs, la rue Saint Ferroy avait pris le nom de rue des sœurs Colette.

Les religieuses du monastère étaient incommodées en 1739 par le manque d'écoulement des eaux. Elles avaient demandé l'autorisation de faire construire à leurs frais un égout qui de leur monastère pourrait rejoindre celui que les juifs avait fait pratiquer jusqu'à la Moselle.

Le couvent des sœurs avait été supprimé à la révolution. Après leur départ en 1790 la rue avait repris le nom de Saint Ferroy.

Une ordonnance de 1614, confirmée en 1624, permettait aux juifs d'acquérir et de s'installer dans des maisons du quartier Saint Ferroy.

Le quartier des juifs était délimité par une croix de pierre placée en face de la ruelle aux foins. Cette croix avait été déplacée ensuite dans le cimetière de Sainte Ségolène.

Une chaine tendue la nuit en travers de la rue empêchait le passage des juifs, la sortie de leur quartier étant interdite de nuit ainsi que les dimanches et les jours de fête.

En 1720 le pavé de la rue était à rabaisser pour rendre la rue moins difficile. Devant les maisons des sieurs Georgin et Molina le pavé était si élevé qu'il formait un talus. Cette élévation était due à la construction d'une fontaine dans la maison de défunt sieur Georgin. Sa veuve ne s'opposait pas au rabaissement du pavé de sa maison à condition que le prix en soit réglé par la ville. Ses voisins acceptaient que les travaux soient faits aux frais de la ville devant la maison Georgin, alors qu'ils acceptaient de payer eux même les travaux devant leur propre maison. L'important était que la rue devienne praticable aux chevaux et aux voituriers.

Une maison d'habitation avait une superbe cage d'escalier en bois avec galerie à balustres sculptées.

Une vieille maison de la rue s'était écroulée en 1817 causant la mort de trois personnes.

Les commerces en 1936

N° 5 laiterie, n° 7 marchand de charbons, n° 9 cordonnier, n° 23 café des Bons Enfants.

N° 2 café Franco-Belge, n° 4 épicerie, n° 18 Blanchisseuse, marchand de charbons.


Agrandir le plan
Agrandir le plan



Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter