Rue du Coffe Millet

En 1690 existait une maison à l'emplacement de l'entrée d'une ruelle de 12 pieds de large, appelée Cassemelat (en langage ancien- melat - milias correspondait à millet).

Soit Coffe provient d'écosse (écosser le millet), soit casser le millet. En écriture ancienne on pouvait confondre le s avec le f, qui s'écrivait de la même façon. Le nom Cassemelat pouvait se lire Caffemelat.

Sur une affiche datée du 5 janvier 1734, le nom de cette rue était inscrit comme suit : Ecochemillot.

Un moulin à huile mû par un cheval aurait existé dans cette ruelle. Il avait probablement écrasé ou cassé du millet qui était utilisé pour le potage.

Cette rue qui communiquait de la place des Maréchaux avec la rue Boucherie Saint Georges était parallèle à cette dernière rue. Actuellement elle conduit du pont Saint Georges à la rue Saint Ferroy.

Une petite ruelle d'un accès extrêmement difficile dite rue du foing servait autrefois de limite au quartier des juifs.

Les petites maisons de la rue étaient occupées par des journaliers et des ouvriers. Le sieur Jacquelard y possédait une fonderie de cloches.

En haut de la rue une maison avait gardé pendant environ un siècle le bonnet rouge des patriotes révolutionnaires qui les protégeait.

Avant l'annexion les lois de la justice conservées dans un petit bâtiment de la rue avaient été transférées dans la prison. La guillotine déposée au même endroit y était restée jusqu'en 1875 date à laquelle on l'avait également transportée à la prison.

Le petit bâtiment n'étant pas inscrit sur la matrice cadastrale, ni au rôle de la contribution foncière, avait été considéré comme sans propriétaire et vendu au profit de l'état.

Aucun commerce en 1936.


Agrandir le plan
Agrandir le plan



Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter