La porte des Allemands

Les frères hospitaliers des Allemands avaient fondé vers le XIIIème siècle à l'extérieur de la porte, l'hôpital Sainte Elisabeth de Hongrie. Le nom des frères avait été donné à la porte construite vers la même période.

Au début du XIVème siècle de grosses réparations avaient été faites à la porte.

En septembre 1366 la cité avait vendu à Thiriat Baude le péage du passage du pont de la porte des Allemands.

Avant la reconstruction de la porte le lieu était planté de vignes.

Les arches du pont s'étaient écroulées pendant le siège de 1444. Il avait été reconstruit en 1445. La même année avait été entrepris la reconstruction de la porte, en commençant par la tour de la poterne appelée Dame Colette, à droite du pont levis.

Un ventail et une vanne avaient été installés en 1466 à l'extérieur de la ville, vis a vis de la tour des barbiers, pour faire refluer l'eau de la Seille jusqu'à la porte des allemands.

Le 18 septembre 1473 le clergé messin était passé par la porte pour accueillir l'Empereur Fréderic III à son arrivée à Metz.

En 1500 un débordement de la Seille avait causé d'importants dommages au mur d'enceinte. L'année suivante avait été construite une arche destinée au passage de l'eau avec un glissoir.

Regnault de Germain possédait un jardin dit Dame Colette aboutissant au fossé de la ville probablement près la poterne Dame Colette.

En avril 1513 la sécheresse était grande et les vignes avaient gelées. Des processions venues des villages environnants, portant des torches et des bannières étaient entrées par la porte pour se rendre à la cathédrale.

La porte des Allemands était composée de deux tours surmontées d'une plateforme, reliées par une partie appelée le bail fermée par une porte en fer. Des galeries voûtées étaient situées à l'intérieur des tours crénelées.


A partir de l'arcade sous laquelle passait la Seille au dessus de la rivière jusqu'à la tour rectangulaire, se trouvait un cordon de pierres de taille sculptées. Cette tour ornée de figures de chaque côtés, possédait une double embrasure pour le passage des bombardes.

La date de 1527 figurait à différents endroits de la construction.

Sur la muraille une inscription rappelait qu'Henri de Ranconval avait été le maitre principal de cet ouvrage.

Une lettre adressée en 1529 à l'empereur signalait la destruction dune tour et d'une partie de muraille à la suite d'une inondation. Une inscription en plomb constatait que les ouvrages de la porte jusqu'aux barres de la basse Seille avaient été exécutés en 1531 sous la direction de Philippe Dex.

A cette date Jehan Grenat était châtelain de la porte des Allemands.

Début du XVIème siècle, François de Gournay avait fait construire Désiremont près du calvaire, hors de la porte des Allemands. Une chapelle dédiée à Saint Urbice où avait été inhumé l'évêque de ce nom existait à cet endroit. Des fabriques de cordes étaient situées le long de Bellecroix. En 1552 lors du siège de Metz, Désiremont avait été complètement détruit.

Des traces de coups d'arquebuses et d'artillerie avaient été retrouvées sur la porte des Allemands à la suite du siège de 1552.

En 1585 Jean Jacquet était hôtelier à l'enseigne de l'Arbre d'Or près de la porte des Allemands.

Le fossé appelé Sainte Elisabeth près de la porte des Allemands avait été loué en 1602 avec une pièce de terre et des vignes situées en Plantières. Le fossé avait été comblé en 1615.

Le calvaire et la chapelle élevés par François de Gournay et ruinés en 1552, avaient été rétablis sous le vocable de Saint Joseph. Ce lieu appelé Bellecroix avait été donné aux Grands Carmes en 1614 par les descendants de François de Gournay. Le 15 août la procession se rendait à Bellecroix. Le calvaire était entouré d'un cimetière clos de murs où avaient été enterrés les pestiférés de 1634 à 1638.

En 1672 se trouvaient une hôtellerie nommée Hôtel de l'Ours dont l'hôtelier en 1724 était Ambroise Ritter et toujours des vignes proches de la porte des Allemands.

Les fortifications de la porte des Allemands avaient été augmentées en 1674.

Vers 1730 le duc de Belle Isle avait créé le fort Bellecroix construit par Cormontaigne. Entre les portes Mazelle et des Allemands avait été construit le fort Gisors.

En 1752 avaient été construits aux portes de la ville des logements pour le portier et pour l'officier de place. A la porte des Allemands ce logement se trouvait à l'étage avec accès par une rampe voisine de la porte.

Après la fermeture des cimetières des paroisses en 1794, avait été créé sur les glacis de la porte des Allemands, vis à vis le fort Bellecroix un cimetière qui avait été ouvert en avril 1794 et supprimé en 1868.

Les exécutions militaires avaient lieu au fort Bellecroix.

La porte des Allemands avait été restaurée en 1862 et élargie en 1866 aux frais de la ville et de l'état.

Le génie en 1884 avait fait sauter le mur du deuxième fossé de la porte des Allemands, nommé fossé des cordiers. Il avait ensuite été comblé et le terrain réuni à celui du glacis, pour servir à une construction de caserne.

Pour arriver à la porte des Allemands deux pont-levis étaient franchis avant de passer sous une longue voûte. De chaque côté de la voûte se trouvaient des maçonneries très résistantes qui avaient été démolies à la dynamite en 1892.

L'explosion très puissante avait dégradé les toitures avoisinantes, deux personnes ayant été blessées près de l'église Saint Eucaire. En démolissant la courtine les ouvriers avaient découvert une pierre portant une inscription « L’an 1618 Louis XIII avait fait construire cette courtine »

La contre escarpe haute d'une dizaine de mètres, maintenue par des murs très épais, en avant du grand fossé allant jusqu’à l’ancien cimetière Bellecroix, avait été démolie pour étendre la place d’exercices près des nouvelles casernes.

Le rempart ayant été rasé, la porte des Allemands était conservée. Un pont avait été créé pour communiquer avec la rue des Allemands.

Le conseil municipal avait voté en 1900 l’achat de la maison attenante à la porte des Allemands qui servait auparavant de logement au major de la place, pour y installer une annexe du musée. Le musée archéologique prévu semblait devoir être transformé en musée militaire en 1902.

Les clôtures qui défendaient l’accès aux remparts près de la porte des Allemands avaient été enlevées et le nivellement des remparts avait commencé. La terre devenue disponible avait été adjugée au chemin de fer pour combler le sol de la future gare.

Les travaux de nivellement semblaient abandonnés en 1904. Du tas de pierres, émergeaient deux blocs, dont l’un aurait été un vestige peu important de l’ancienne porte Mazelle, l’autre étant la partie d’une tour qui se trouvait près du pont de la porte des Allemands.

Quant au nivellement du rempart des allemands, la ville souhaitait conserver deux tours en souvenir des fortifications.

En octobre 1905 la démolition des remparts avait repris entre la porte des Allemands et la porte Mazelle.

Collection D. Mahut Collection D. Mahut

Entre temps en 1903, pour faciliter le passage de la Seille, l’ancien pont de la porte des Allemands avait été supprimé. La Seille avait été draguée et élargie.

Un nouveau pont avait été construit en dehors de la porte des Allemands.

Collection D. Mahut Collection D. Mahut

La démolition d’une partie des casernes construites quelques années auparavant en dehors de la porte des allemands faisait partie des travaux. Sur le terrain où devait passer un chemin, se trouvait le cimetière de Bellecroix dont il restait quelques monuments funéraires. Ceux-ci devaient être transportés dans les cimetières de la ville. Au printemps 1904 la porte des Allemands était inaccessible la route étant coupée par la voie ferrée transportant la terre des divers chantiers.

La route à la sortie de la porte des Allemands avait été déplacée pour passer sous la voie ferrée et se diriger à gauche vers la route de Saint Julien et à droite vers les Bordes. La nouvelle route avait été livrée à la circulation en octobre 1905.

Depuis la démolition des remparts il restait près de la porte des Allemands une tour antique d’une construction très solide qui avait été démolie en 1908.

Collection D. Mahut Collection D. Mahut
Collection D. Mahut Collection D. Mahut
Collection D. Mahut



Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter