Ennery - Mémoire

Retour de 30 à 40 ans en arrière

Les dix premières années de la Société de Gymnastique d'Ennery (1971 - 1981)

L'association devenue le Sporting-club d'Ennery, compte 40 années d'existence actuellement en 2011.

Sous le nom de Société de Gymnastique, d'activités de Détente et de Loisirs d'Ennery la société avait été créée par le fait de quelques bonnes volontés et grâce à la compréhension du Maire et du conseil municipal, pour répondre à un besoin d'une partie de la population. Elle venait en complément de ce qui existait déjà : foyer des jeunes et club de football. Son inscription au tribunal le 20 septembre 1971 sous le n° VR XXXIX - 32 avait été faite par le Docteur Nguyen Tu Lap, son Président, médecin installé depuis peu à Ennery.

Docteur Nguyen Tu LapLe nom de l'association, choisi par le Docteur Nguyen, permettait toutes sortes d'activités : du sport aux loisirs avec les fêtes, les kermesses, les bals, etc...

Des sections à peine nées avaient été condamnées, d'autres continuaient leur chemin : Judo, Majorettes, Danse Classique, Gymnastique Volontaire. Ces diverses activités intéressaient non seulement la population d'Ennery, mais aussi celle de cinq ou six villages des environs, dans un rayon d'une dizaine de kilomètres.

Les activités de l'association nécessitant un local, le foyer culturel avait proposé dans un premier temps, la location d'une salle pour les séances de gymnastique.

Par la suite deux solutions avaient été proposées par le foyer culturel :

  • la première, création d'une association pour toutes les activités regroupées de la société de gymnastique et du foyer culturel, ce qui impliquait la dissolution des deux associations
  • la deuxième, hébergement de la société de gymnastique moyennant une participation aux frais de gestion du bâtiment. Cette solution plaçait le foyer culturel en position de propriétaire et la société de gymnastique en locataire, donc sur un pied d'inégalité.

La société de gymnastique n'avait pas retenu la première solution mais avait accepté la location du foyer pour la section gymnastique. Le judo, la danse et les majorettes s'entraînaient dans le préau de l'école.

En janvier 1972 , une centaine d'adhérents de l'association étaient affiliés à une fédération.

Un an plus tard la société de gymnastique comptait 266 membres actifs, 129 garçons et 137 filles.

Pour être indépendant, le Docteur Nguyen avait acheté un bâtiment démontable à Mondelange. De nombreux bénévoles avaient participé au démontage et au transport à Ennery des cloisons qui étaient stockées derrière le château. Ce bâtiment n'avait jamais été reconstruit.

En 1977 la société de gymnastique avait adhéré à l'interassociation qui venait de se créer à Ennery.

Un des projets du Docteur Nguyen, la création d'une cantine pour les écoliers, dans le cadre de la société de gymnastique ne s'était pas concrétisé.

Docteur Nguyen Tu LapLe 4 octobre 1979 disparition du Docteur Nguyen Tu Lap. Son décès avait surpris tous les membres de l'association qui ne le savaient pas gravement malade.


La société de gymnastique ayant perdu son dirigeant, avait continué ses activités, chaque section fonctionnant avec ses responsables.

A la fin de la saison 1980/1981, la société de gymnastique s'était scindée en plusieurs groupes.

  • La danse avait rejoint la société de musique l'Espérance.
  • Les majorettes devenues autonomes, ne dépendaient plus de la société de gymnastique.
  • La section judo et la gymnastique volontaire s'étaient associées et avaient pris le nom de "Sporting club"


Le judo

A l'origine le judo avait commencé sous l'impulsion du judoka Hethener avec son voisin Jean Antoine. Après l'achat d'un tapis d'occasion en paille et avec l'aide d'un moniteur Robert Flamant, le tout début de cette activité se pratiquait au foyer culturel d'Ennery.

Le docteur Nguyen leur avait proposé de se joindre à l'association qu'il envisageait de créer et qui regroupait le judo, la gymnastique, la danse et les majorettes.

Ainsi avait commencé la grande aventure du judo qui avec de nouvelles activités au fil du temps, vient de fêter ses 40 ans d'existence en 2012.

Saison 1971/1972

Le judo avait débuté en milieu d'année 1971 avec un moniteur qui dirigeait les jeunes débutants de main de maître.

La section était représentée par Jean Antoine débutant le judo et secondé par Hethener et Michèle Grandveaux.

Les premiers cours avaient été dispensés au foyer culturel d'Ennery et le tapis en paille acheté d'occasion, était rangé sous la scène à la fin de chaque séance de judo.

A partir de juin les cours s'étaient déplacés dans le préau couvert de l'école et les tatamis (tapis de judo) étaient stockés dans un chariot que les bénévoles avaient construit lorsque le tatami avait été acheté.

Saison 1972/1973

Le judo avec 127 adhérents, 106 garçons et 21 filles se portait bien. Dans l'année, 35 garçons et 2 filles avaient obtenu la ceinture jaune, 40 garçons et 6 filles la ceinture orange, 12 garçons et 1 fille la ceinture verte.

En février le tapis de judo avait été agrandi et recouvert d'une bâche.

Le judo ayant obtenu l'autorisation d'utiliser la salle des fêtes d'Ay, envisageait d'y organiser des compétitions amicales avec d'autres clubs.

Saison 1973/1974

Le moniteur qui ne s'était engagé au départ que pour un an, trop occupé ne pouvait plus continuer à assurer les cours. Pour dépanner le club, "Jeunesse et Sport" avait délégué un moniteur pour continuer les cours pendant une période de deux ans.

Le représentant du club, devenu président, était secondé par les mêmes personnes présentes depuis le début de l'activité. Une personne supplémentaire était venue compléter l'équipe dirigeante et participait activement aux diverses sorties du club.

Le président s'était inscrit aux cours de l'école des cadres, dans le but de remplacer le moniteur lors de son départ prévu deux ans plus tard.

L'effectif du judo était resté stable avec 116 adhérents.


Saison 1974/1975

Jusqu'en 1974, les judokas étaient affiliés et assurés à l'Ufolep.

Pour participer à des compétitions officielles, une licence Ufolep n'étant plus suffisante, il était devenu nécessaire de prendre une licence de la fédération française de judo.

58 Judokas avaient préféré la licence de la fédération, les 93 autres, plus jeunes étaient restés affiliés à l'Ufolep.

Saison 1975/1976

Le judo avait provisoirement déménagé ses cours à Ay, dans l'attente d'une salle que la commune d'Ennery faisait construire derrière l'école.

A compter du 17 novembre 1975, le judo était enfin dans ses murs, dans la salle nouvellement construite.

Cette salle était à partager avec les autres sections de la société de gymnastique, ainsi qu'avec la JSO, lorsque le temps ne permettait pas la pratique du foot à l'extérieur.

Principal avantage, le tapis restait en permanence au sol, alors qu'auparavant dans le préau, il était nécessaire de le monter et le démonter à chaque séance. Il avait été envisagé d'acheter un nouveau tapis pour compléter l'ancien devenu trop petit pour la nouvelle salle.

L'effectif était de 93 jeunes judokas affiliés à l'ufolep (benjamins et poussins) et 79 affiliés à la fédération de judo, soit en tout 172 judokas. Les licences ufolep avaient été conservées pour les jeunes judokas qui ne participaient pas à des compétitions officielles parce que moins chères que les licences de la fédération de judo.


Saison 1976/1977

En février 15 nouveaux tatamis avaient été achetés pour agrandir le tapis existant.

Le club comptait 42 judokas licenciés à l'ufolep dont 15 filles, et 80 judokas licenciés à la fédération française de judo.

En juin, lors de la coupe du club, la section avait fêté le départ du moniteur, qui venu pour assurer les cours pendant deux ans, avait quitté le club au bout de quatre années. Il était vivement regretté.


Saison 1977/1978

Le président de la section ayant obtenu la ceinture noire, avait remplacé le moniteur qui avait quitté le club. Il avait abandonné la présidence au profit de la personne qui accompagnait régulièrement les compétiteurs lors des sorties. La trésorière et une secrétaire assurait l'intendance.

Des T-shirts au nom du club, des écussons pour coudre sur les kimonos avaient été commandés.

L'effectif était de 75 judokas licenciés à la fédération française de judo et de 42 judokas licenciés à l'Ufolep.

Saison 1978/1979

La présidente de la section judo, était décédée dans un accident de voiture au mois d'octobre 1978.

Après le décès de la présidente, un nouveau judoka avait pris la présidence de la section, la trésorière présente depuis la création du judo, était secondée par une trésorière adjointe et le secrétariat était assuré par la même personne que l'année précédente.

Par décision de la fédération de judo, le passeport sportif était devenu obligatoire, à partir de la ceinture jaune. Il ne pouvait plus y avoir de passage de ceinture pour les judokas n'ayant pas ce passeport qui était valable huit ans et servait pour le passage de la ceinture noire.


Des autocollants, des sacs de sport, au nom du club, avaient été commandés.

L'effectif était de 157 judokas, tous affiliés à la fédération française de judo.

Année 1978/79 - 2ème section
Année 1978/79 -3ème section
Année 1978/79 -4ème section

L'ancien président devenu l'entraineur du club et quittant la région pour raison professionnelle, avait été remplacé par un judoka ceinture noire, qui fréquentait l'école des cadres.

En mai, un dîner dansant avait été proposé dans le but de créer des liens d'amitié entre les membres de la section judo.

Fin mai, un baptême de l'air avait été organisé pour les judokas. Le temps n'était pas très beau mais l'autorisation de vol avait été donnée, avec cependant une restriction, ne pas survoler Ennery comme prévu. Les judokas avaient donc survolé la région de Thionville et la centrale de Cattenom en cours de construction.
Baptême de l'air

Saison 1979/1980

A Nancy un premier judoka avait obtenu sa ceinture noire.

Pour clôturer la saison une excursion avait été programmée le 22 juin aux grottes de Han en Belgique avec visite du Safari parc.

Pour la saison l'effectif du judo avait été de 147 licenciés.

Saison 1980/1981

Le judo avait organisé le réveillon de la Saint Sylvestre auquel avaient participé 60 personnes.

Le 24 janvier un débat sur l'astronomie au foyer culturel avait connu un franc succès. De nombreux auditeurs s'étaient déplacés pour une conférence qui avait été passionnante.

16 judokas avaient participé à une sortie neige du 6 au 8 mars au col de la Schlucht.

En mai les jeunes judokas avaient organisé une surboum.

Le club avait formé des jeunes qui s'affrontaient dans les clubs voisins. Parmi eux certains arrivaient entre 15 et 17 ans, à être "ceinture noire" et de ce fait n'arrivaient plus à progresser. Pour ne pas perdre ces judokas formés entièrement à Ennery, pour que ces jeunes puissent continuer à passer des "dans", le judo d'Ennery s'était engagé à faire partie du bassin sidérurgique.

Par conséquent le club bénéficiait de l'appui de 7 clubs et devait s'engager à recevoir pendant deux mois dans l'année les compétitions des différents clubs.

Pour fêter les 10 ans d'existence du club, des fanions avaient été distribués aux judokas, lors de la coupe du club le 27 juin.

Le lendemain une excursion avait regroupé 89 personnes dont 9 adultes pour une promenade de la route du vin en Alsace avec visite de la montagne des singes et de la volerie des aigles.

Pour la saison 114 licenciés étaient inscrits au club.

Les stages

Dès la deuxième année d'existence, les judokas participaient régulièrement à des stages au palais des sports de Metz. Ces stages réunissant de nombreux clubs avaient lieu pendant les vacances scolaires de Noël et de Pâques. Une vingtaine de judokas d'Ennery étaient admis à y participer. A chaque stage, de 3 à 5 médailles étaient généralement gagnées par le club.
Année 1973

Les enfants participant au stage étaient transportés par les parents qui acceptaient d'assurer le déplacement.

Cependant en 1975 un stage avait été proposé du 3 au 5 avril , au palais des sports de Metz pour une trentaine d'enfants. Comme habituellement, une demande avait été faite aux parents afin qu'ils assurent le déplacement des enfants, le club n'ayant pas les moyens financiers d'assurer le transport par bus pendant 3 jours. Peu de parents ayant accepté cette charge , le stage avait été annulé.

A partir de juin 1973, un stage auquel participait environ une vingtaine d'enfants, avait lieu à Saint Nicolas en Forêt. Ainsi en 1974, à l'issue du stage, 4 judokas avait gagné chacun une médaille.

Durant plusieurs jours, des stages étaient également organisés à Uckange, à Guénange, à Amnéville.

Puis en 1975 début d'une série de stages en journée continue à Freyming, au cours desquels, transportée par autobus, la presque totalité du club participait avec casse-croûte tiré du sac.

Nouvelle formule en décembre 1980, un stage avait lieu à Creutzwald. L'hébergement, afin que judokas et familles puissent avoir des rapports amicaux, se faisait en famille d'accueil pour 7 judokas.

Les compétitions

A partir de 1973 le club participait à des compétitions, avec les clubs des environs, à Bousse où le 28 octobre Ennery avait remporté 18 médailles, à Rombas, à Hagondange.

A partir de 1975 les déplacements se multipliaient, à l'ASPTT Metz, Sarrebourg, Pont à Mousson, Vittel, Petite Rosselle, etc...

Les rencontres amicales

Le 11 mars 1973, participation à une rencontre amicale à Uckange. Les deux équipes de chacune 9 benjamins d'Ennery avaient remporté les cinquième et sixième places avec 97 et 80 points.

Au printemps 1974, le moniteur avait organisé une sortie amicale au judo club de Montigny, logé dans une salle sous la piscine. A l'issue de la séance de judo, pour les 80 enfants qui participaient à cette rencontre il était prévu une séance à la piscine.

La responsable des enfants devait être secondée par les judokas adolescents pour cette seconde partie de la sortie.

A l'issue de la rencontre avec les jeunes enfants, le moniteur avait proposé que les plus jeunes se rendent à la piscine pendant qu'il organisait les derniers combats entre les adolescents des deux clubs, suggérant que le groupe des grands viennent aider à la discipline à la fin de la rencontre.

Les adolescents, fatigués par les combats n'avaient été d'aucune aide, s'installant en simples spectateurs.

Pendant ce temps la responsable débordée, ne parvenait plus qu'avec peine à maintenir un semblant de discipline à l'intérieur de la piscine.

Une des fillettes sachant nager, s'amusait à crier "au secours je me noie" tout en agitant les bras dans le grand bassin. Un maître- nageur l'avait renvoyée dans le petit bassin, lui interdisant de retourner dans le grand.

Le directeur de la piscine se rendant compte de la pagaille provoquée par l'arrivée d'un groupe important d'enfants, était venu trouver la responsable pour lui proposer de venir à jour et heure fixe avec le groupe, et non plus à l'improviste.

Le moniteur de judo n'était pas d'accord avec cette formule, estimant que la piscine étant un endroit ouvert au public, il n'y a pas lieu de prendre un rendez-vous pour une sortie occasionnelle.

A la sortie de la piscine, au moment de rentrer dans le bus du retour, un comptage des enfants avait fait apparaître qu'il y en avait un de trop! Un enfant venu en groupe à la piscine s'étant trompé d'autobus, il avait été remis au responsable de son groupe qui le cherchait.

De 1973 à 1975 le club s'était déplacé à plusieurs reprises pour rencontrer les clubs de Moulins Saint Pierre, le SMEC à Metz, le judo de Novéant.

Le 16 février 1974, un groupe de 26 participants d'Ennery s'était classé troisième, au cours d'une rencontre entre plusieurs clubs, dont le club américain de Mannheim.

Le 3 mars 1974 le judo d'Ennery avait organisé dans la salle du foyer culturel d'Ay une rencontre avec le club de Fleury.

En 1979 les benjamins se rendaient à une rencontre à Guénange, les poussins participaient à une rencontre à Ennery. Une rencontre spéciale de filles mini-poussines, poussines, benjamines avait lieu le 23 février 1980 à Illange.


Les démonstrations

Le judo étant une activité nouvelle à Ennery , des démonstrations avaient eu lieu à diverses reprises.

Les judokas avaient effectué une démonstration lors de la kermesse d'Ennery le 13 mai et de celle de Tremery le 17 juin, ainsi qu'à la fête de Vany le 24 juin 1973.

Le 9 juin 1974, une démonstration était faite à la kermesse de Tremery ainsi qu'à celle d'Ay.

Dix ans après la création du club, des démonstrations de judo avaient encore lieu à Volstroff le 7 et à Talange le 14 juin 1981.


Festival du jeune judoka

Le 28 janvier 1979 le club avait participé au festival du jeune judoka à Petite Rosselle (journée continue avec casse-croûte tiré du sac).

Pour la deuxième fois, le 9 décembre 1979, les judokas se déplaçaient à Petite Rosselle au 12ème festival du jeune judoka. Tous les licenciés nés à partir de 1961 jusqu'en 1973 pouvaient participer à cette rencontre.

Le 30 novembre 1980, le club s'était rendu à nouveau à Petite Rosselle pour participer au 13ème festival du jeune judoka.


Les championnats

Pendant la saison 1973/1974, il y avait eu 4 participants aux championnats universitaires au lycée Fabert. Le 17 février, 5 judokas participaient au championnat de Moselle des minimes.

Le 10 avril au championnat universitaire de Moselle, une jeune fille avait remporté la première place et un jeune garçon la troisième place.

Le 1er mai un judoka avait participé à un championnat à Amnéville ainsi que deux autres le 11 mai , au championnat de Moselle benjamins.

Au cours de la saison 1978/1979, le club participait également au championnat de Moselle à Amnéville, au championnat du district d'Ars, au championnat de Lorraine à Blénod, au championnat individuel de Moselle à Guénange.


Tournoi de la Vallée de l'Orne

Au tournoi de la vallée de l'Orne, 3 équipes étaient engagées le 24 novembre 1973 à Uckange, le 2 février à Rombas, le 23 mars à Guénange et le 18 mai à Bousse.

Le 6 février 1975, les parents assistaient à une réunion leur permettant d'avoir des notions d'arbitrage, afin de pouvoir suivre le déroulement des combats de leur enfant. Au cours de cette soirée avaient été donnés les résultats partiels du tournoi de la vallée de l'Orne qui s'était déroulé à Bousse.

En avril les judokas s'étaient rendus à Guénange pour participer à la deuxième partie du tournoi de la vallée de l'Orne.


Concours du jeune judoka

Le club s'était engagé à participer au concours du jeune judoka organisé par le comité de Moselle.

Un concours du jeune judoka sur trois jours, avait été organisé le 27 janvier 1979 à Ennery, le 24 mars à Guénange, le 21 avril à Ennery.

Le concours pour les poussins avait eu lieu les 17 février à Guénange, 7 avril à Thionville, 12 mai à Ennery.

Les benjamins se déplaçaient à Guénange les 24 mars, 19, 20 et 21 avril.

Une rencontre avait été organisée à Ennery le 28 avril.

La coupe du club

Pour terminer la saison, une compétition avec remise de coupes aux vainqueurs avait été organisée en juin 1972.

Cette manifestation, appelée la coupe du club était reconduite chaque année pour clôturer la saison. Des médailles, des diplômes, des porte-clefs étaient remis aux participants à l'issue de la compétition.

Le 23 décembre 1977, des jeux avaient été organisés suivis d'une distribution de friandises.

Les années suivantes, pour les fêtes de fin d'année, au cours de la dernière séance de l'année, un sachet de friandises était offert à chaque judoka.


Sorties diverses

Le 2 décembre 1973, 4 judokas participaient à la coupe de l'est à Nancy, le 23 Février 11 judokas effectuaient une sortie d'entraînement à l'école des cadres et le 21 avril 18 judokas se rendaient à un gala à Bousse.

Le 8 janvier 1979, se tenait, à l'intention des parents de judokas, une réunion d'information sur le déroulement des combats de judo. Le 10 février un entraînement avait eu lieu avec des moniteurs de l'école des cadres à Metz.

En juin 1981 étaient organisées plusieurs sorties avec une vingtaine de participants, à la piscine et à la patinoire de Metz. Des matchs de football étaient également disputés par des adolescents.



Les majorettes

Pour leurs premières prestations elles avaient participé à une sortie à Chailly ainsi qu'à Flévy. Beaucoup de succès grâce à leurs robes qui avaient été confectionnées au courant du printemps 1972.

Au printemps 1973 leur tenue, une robe blanche, avait été complétée par une cape et un chapeau violets.

Un drapeau avait été confectionné. Le Docteur Nguyen en avait lui-même, peint les inscriptions en doré.

Tous ces achats avaient été financés par le Docteur Nguyen, puis remboursés par la société de gymnastique au fur et à mesure des rentrées d'argent.

En juin, une quarantaine de majorettes habillées de blanc et mauve, avec leur chapeau à plumes tout neuf, avaient défilé dans presque tous les villages environnants et s'était même déplacée jusqu'à Moulins Saint Pierre et Pont à Mousson.

Au mois de juin 1974 pour compléter l'ensemble, des bottes étaient achetées. Les grandes majorettes étaient alors entièrement habillées, alors que les mini-majorettes n'étaient pas encore en possession de leur chapeau et de leurs bottes.

Le groupe de majorettes avait pris le nom de: " Les Châtelaines de la Belle Croix"
Les Chatelaines de la Belle Croix

Ayant du succès tant par leur grâce que par leur costume, elles avaient déjà été filmées à deux reprises par Télé Luxembourg.

A compter du premier mai jusqu'aux vacances, tous les dimanches elles étaient de sortie. Elles se déplaçaient de plus en plus loin. En plus des défilés de proximité, on les rencontrait à Forbach, Saulny, Remilly, Metz, Garches, Baccarat.

L'encadrement était assuré par un couple d'Ennery qui ne ménageait ni son temps ni sa peine. Un trésorier complétait l'encadrement.

L'entraînement d'environ 35 nouvelles jeunes filles âgées de 6 à 12 ans avait été mis en place afin de compléter l'effectif.

Un contrat était proposé aux majorettes. Le costume était fourni par la société et restait sa propriété. Les majorettes versaient une caution rendue en fin de saison, si le contrat n'était pas renouvelé. A l'entraînement, la tenue recommandée se composait de shorts et de baskets, néanmoins le survêtement restait admis. 49 contrats avaient été signés.

De plus en plus de sorties étaient proposées aux majorettes qui se produisaient entre autres à Metz au rallye des tacots, Rozérieulles, Montigny, Thionville, Ancerville, au F C Metz, en plus des défilés habituels de proximité.

Le groupe avait remporté le premier prix du festival de Longlaville le 15 septembre 1974.

En 1975 des bottes, des chapeaux, 40 plumes d'autruche étaient achetés et des cartes postales éditées.

Un groupe de mini majorettes était créé. L'effectif était de 77 majorettes dont 33 poussines, 21 benjamines, 13 minimes, 7 cadettes, 1 junior et 2 seniors.

En 1975, 52 plumes étaient achetées pour remplacer celles abîmées ou compléter celles qui manquaient. Des fanions et des écussons avait été confectionnés.

Les majorettes étaient très recherchées .Elles participaient comme les années précédentes à de nombreux défilés dont ceux de Metz Sablon, de Saint Julien, de Vallières, de Borny, de Jouy aux Arches, chez les commerçants d'Outre Seille à Metz, etc...

En 1976, 7 cautions étaient remboursées, 13 nouveaux contrats signés puis 28 par la suite.

En avril, 38 nouveaux chapeaux étaient achetés ainsi que des plumes et des vêtements.

Elles participaient à de nombreuses sorties de plus en plus éloignées, à Villerupt, à Kussel en Allemagne, Custines et à Nilvange, de nouveau en Allemagne, Volmunster, en plus des sorties habituelles.

Le 4 septembre 1977, les majorettes accompagnées pour certaines, par leurs parents, 47 personnes en tout, participaient à une excursion dans la région de Niederbronn et parcouraient 415 kilomètres en bus.

11 majorettes avaient quitté le groupe, remplacées par 9 nouvelles arrivantes.

Comme les années précédentes, en 1977, les majorettes avaient effectué de nombreuses prestations.

Un festival était organisé à Ennery, comme chaque année depuis la création du groupe.

L'année suivante 8 nouveaux contrats étaient signés et 2 majorettes quittaient la section.

Les sorties se multipliaient, le festival à Ennery avait lieu comme habituellement .

En 1980, quelques nouvelles robes avaient été confectionnées.

Les majorettes participaient à de nombreuses manifestations, se déplaçaient hors de l'hexagone, en Allemagne, Belgique, etc...

Le festival à Ennery avait eu lieu malgré le décès du Docteur Nguyen.

L'année 1981 marquait le 10ème anniversaire des Châtelaines de la Belle Croix, toujours très demandées lors des fêtes. Pour la saison 30 jeunes filles restaient inscrites à la section majorettes.

L'année 1981 le groupe de majorettes était devenu indépendant de la société de gymnastique.


La Danse Classique

La danse était enseignée par une professeur de la région de Thionville, depuis la création de l'association. 20 à 30 fillettes, parfois 1 ou 2 garçonnets, composaient le groupe.

Lors de la kermesse de mai 1974, une démonstration avait été faite, pour le plaisir de tous.

En fin de saison, les parents étaient invités à venir admirer la grâce des petites danseuses, ainsi que les progrès de l'année écoulée.

Lors d'une reprise des cours, la professeur avait désiré augmenter le prix des cotisations mensuelles. Des parents mécontents avaient contacté la trésorière de la société de gymnastique.

Lors du premier cours de danse de la saison, la trésorière avait demandé à la professeur de revoir son tarif, qui avait alors annoncé aux parents qu'en raison d'un désaccord sur le montant des cotisations, elle ne recommençait pas les cours et que la danse s'arrêtait.
Tollé des parents qui pour ne pas perdre cette professeur, avaient finalement accepté l'augmentation demandée.

A partir de 1978, lors des fêtes de fin d'année, une distribution de friandises avait été décidée.

Pour seconder cette professeur qui auparavant dirigeait seule la section danse, la mère d'une danseuse, était devenue responsable de la section au niveau administratif.

Suite à des problèmes d'articulation, cette professeur avait été dans l'obligation de quitter l'enseignement de la danse.

A la fin de la saison 1980/1981, en raison de la scission de la société de gymnastique, la section avait été proposée à la société de musique "l'Espérance" qui avait acceptée le regroupement.


La Gymnastique

Lors de la création de la section, la gymnastique volontaire avait lieu au foyer culturel d'Ennery, contre payement d'un loyer.

Au printemps 1972 du matériel était acheté pour équiper le groupe qui participait à cette activité.

Sous la conduite d'un kiné, une trentaine de femmes et quelques rares hommes, se réunissaient deux fois par semaine.

En 1974 l'effectif avait chuté et n'était plus que d'une dizaine de personnes.

Avec la mode de la Gym tonic et l'arrivée d'une nouvelle animatrice, la section avait redémarré et une cinquantaine d'adultes participait aux séances en 1976.

La responsable de la section, avait suivi un stage afin de seconder l'animatrice.

Des tapis supplémentaires avaient été achetés puisque en 1980 l'effectif dépassait la cinquantaine de personnes.

Un rallye, puis une sortie neige étaient venus compléter les activités au début des années 1980.



Les manifestations

Les bals

Lors du repas dansant (choucroute) organisé avec la JSO (football) les 8-9 et 10 novembre 1975 sous un chapiteau , la participation avait été de 356 personnes.

Le bal du 6 décembre 1975 sous chapiteau chauffé, était animé par les 5 musiciens de l'orchestre Gyl Players.

D'autres bals avaient suivi toujours sous chapiteau sur la place de l'église, le 13 décembre, le 26 février 1976 avec l'orchestre Freddy d'Ascenzo (139 entrées), le 5 mars avec l'orchestre Los Caballeros (221 entrées), le 18 avril avec l'orchestre Los Caballeros (253 entrées).

Lors d'une réunion de comité à l'auberge de Chailly, le Docteur Nguyen était absent. A la fin de la réunion vers 23 heures, il était arrivée alors que le comité s'apprêtait à lever la séance, annonçant qu'il organisait un nouveau bal. Le comité était contre, mais devait s'incliner, le docteur ayant déjà signé un contrat avec un orchestre.

Le 26 février 1977, 139 entrées avaient été comptabilisées lors du bal avec l'orchestre Freddy d'Ascenzo, et 227 entrées le 5 mars suivant avec l'orchestre Los Caballeros.


La fête patronale d'Ennery

Pour clôturer la première année, la Société de Gymnastique avait participé à la fête patronale en 1972 avec démonstration de judo et défilé de majorettes.

A cette occasion le public pouvait goûter à des produits peu connus à l'époque, des nems (participation du Docteur Nguyen à la confection des nems à partir de denrées alimentaires, nems qu'il cuisinait lui même à la demande sur la place de l'église ) et des fruits exotiques, lichies, etc... Les nems pratiquement inconnus à l'époque avaient eu un succès fou.

En 1974 la fête patronale avait été confiée à la société de gymnastique dont les majorettes assuraient la tournée des rubans.

Trois soirées dansantes sous chapiteau étaient programmées avec l'orchestre de Joël Thillot les 13 et 14 juillet, et celui de Stan Sylver le 15 juillet.


La fête à Chailly

La société avait organisé la fête patronale de Chailly, trois jours de fête du samedi 21 au lundi 23 juin 1975 avec la location d'un dancing où l'on comptait 350 entrées pour les trois jours. L'orchestre Les troubadours Bavarois était présent le samedi et le lundi, tandis que le dimanche le bal est animé par l'orchestre Los Caballeros.

Les 26 et 27 juin 1976 , deux jours de bal étaient assurés avec les orchestres Michel Princier et Los Caballeros.

Au bal sous chapiteau, pour la fête de 1977, environ 200 personnes étaient venues danser au son de l'orchestre "Les médiums".


Festival de majorettes à Ennery

Le Docteur Nguyen avait acheté un tacot, qu'il avait fait peindre aux couleurs des majorettes (mauve), afin de les accompagner lors de leurs prestations.

Un festival avait été organisé les 17, 18 et 19 mai 1975. La fête avait commencé par un bal sous chapiteau en soirée du 17 avec l'orchestre Tony Schmitt accompagné de ses 12 musiciens et de l'animateur Patrice Fabbian. 226 entrées étaient comptabilisées le 17 mai et 188 le lendemain avec l'orchestre Los Caballeros.

L'après midi du 19 avait eu lieu le défilé des majorettes avec remise de coupes aux gagnantes. Avaient participé entre autres, les majorettes d'Ennery, Maizières, Talange, Terville "Les Roses d'Or" etc...

Environ 1200 boissons et sandwichs avaient été distribués gratuitement aux participants, ce qui montrait l'importance de la manifestation.
Majorettes du val de metz
Majorettes de Guénange
Majorettes Hamoises
Majorettes de Homécourt
Majorettes de Mulhouse

Le deuxième festival de majorettes avait eu lieu les 5 - 6 et 7 juin 1976 à Ennery.
Près de 600 danseurs avaient répondu présents pour les bals sous chapiteau avec l'orchestre Michel Princier le 5 et l'orchestre Los Caballeros le 6.
Pour la démonstration des majorettes, Guénange avait prêté un podium pour l'après-midi du 7 juin. Les groupes participants étaient venus de Hayange pour la musique, Amnéville, Terville, Talange, Neufchef, Fameck, Creutzwald, Sérémange, Hayange, Saint Charles, Guénange pour les majorettes.

Le 28 mai 1977 pour le troisième festival de majorettes, un bal avait eu lieu avec l'orchestre "Les irrésistibles", le 29 mai, un autre bal avec Los Caballeros.
Il y avait eu environ 400 entrées pour les deux jours. Des majorettes étaient venues défiler, de Clouange, Saint Avold, etc...

1515 sandwichs avaient été distribués au participants.


Les kermesses

Les 12 et 13 mai 1973 une kermesse avait rassemblé environ 300 participants.

Un défilé de majorettes accompagnées par des musiciens, des démonstrations de danse et de judo animaient cette manifestation.

Une tombola était organisée. Pour réunir des lots, les majorettes en costume avaient rendu visite aux commerçants de Hagondange et des environs qui contre une promesse de publicité lors de la remise des lots aux gagnants, donnaient des objets divers.

Beaucoup de lots ayant été donnés par les commerçants, la loterie avec de nombreux numéros gagnants, avait attiré les visiteurs qui repartaient les mains pleines pour l'achat de seulement quelques tickets.

Le 12 mai 1974, la société de gymnastique et le foyer culturel avaient organisé conjointement une grande kermesse à Ennery.
Programme de la kermesse

Le couscous était servi au foyer à midi et le soir. Pour l'occasion 32 kilos de saucisses avaient été achetés.

Pour préparer le couscous, il fallait des casseroles. Le docteur Nguyen en avait emprunté au CES de Talange. Pour les récupérer, le docteur était accompagné d'un bénévole. Il y avait tellement de casseroles que la voiture, au retour, n'était pas assez grande pour tout contenir et que le conducteur et le passager avaient des casseroles jusque sur les genoux.

Tout au long de l'après-midi, différentes formations de majorettes défilaient, la danse et le judo faisait des démonstrations.
Un concours de quilles avec pour premier prix un cochon de lait se tenait sur la place devant l'église .
Les différents stands, pêche au canards, tirs aux nougats, les fléchettes, le tir à l'arc, les fleurs, avaient attiré un nombreux public.
Un lâcher de ballons était organisé, un jambon à soupeser était offert à la personne qui en devinerait le poids.


Les réveillons

Le 31 décembre 1972, la société de gymnastique avait organisé un réveillon dansant avec des disques, au foyer culturel d'Ennery.

Les bénévoles avaient œuvré toute la nuit, puis le premier janvier, au petit matin, faisaient encore le ménage jusque tard dans la matinée.
Le rangement était fait dans le froid, la chaleur de la nuit s'étant dissipée. Le chauffage de la salle était assurée par des bouteilles de gaz propane qui s'étaient vidées au cours de la nuit.

Le réveillon du 31 décembre 1974 était organisé avec 115 repas servis au foyer culturel. La soirée n'avait pas été une réussite car malheureusement l'orchestre retenu n'était pas venu et plusieurs personnes ayant commandé des repas, étaient reparties.


Divers

Une fête de Noël était organisée en 1976, au foyer culturel, pour les judokas, majorettes, danseuses. A chaque participant, il était distribué un paquet de friandises.

Le Docteur Nguyen avait acheté des poneys et lors des fêtes, les enfants d'Ennery pouvaient bénéficier d'une promenade à dos de poneys.

En janvier 1981 le comité de la société de gymnastique avait participé à un repas dansant organisé par l'interassociation.

L'association avait collaboré à la journée d'une marche pédestre le 3 mai 1981.


Sporting Club Ennery

Bonjour,
Nous souhaiterions connaître les coordonnées de Michèle, l'auteur de l'article concernant les premières années d'existence du Sporting Club d'Ennery. Le Comité ayant programmé une manifestation le 21 avril prochain pour les 40 ans de l'association , nous souhaiterions continuer le travail de mémoire avec elle et peaufiner l'historique que nous présenterons au public lors de la cérémonie d'anniversaire.
Avec mes remerciements. Cordialement.
Michel KOENIG Président du Sporting Club 03 87 73 04 79

Sporting Club Ennery jeudi, 12 janvier 2012 - 23:52
Denis

Bonjour,

J'ai été très intéressé à la lecture de votre article et je souhaite pouvoir échanger avec vous. Je suis un ancien judoka d'Ennery qui peut compléter l'historique de la section judo puisque j'ai pris ma première licence à la création du club jusqu'en 1995.
Cordialement

Denis

Denis vendredi, 20 avril 2012 - 11:53
marie-antoinette

bonjour je voulait savoir si il y aurait des photo de groupe de dans folklorique entre 1970 et 1975 a guenange merci :-D

marie-antoinette samedi, 6 février 2016 - 00:00
Michèle

Je n'ai aucune autres photos de cette période. ;-(

Michèle samedi, 6 février 2016 - 15:39

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter