Quelques cafés de Metz pendant l'annexion

Théâtre ou concerts dans les cafés

Des acteurs de l'ancienne troupe de Metz se produisaient en novembre 1873 dans la salle du café du Heaume. De nombreux spectateurs se déplaçaient pour assister à leur spectacle.

En 1897 quatre grandes brasseries organisaient des concerts. Le dimanche soir les allemands s'y rendaient en famille pour le souper. En semaine souvent les maris venaient seuls consommer leur repas du soir.

Le Café Français

Le café français situé place d’Armes contre la cathédrale face à l'hôtel de ville, était fréquenté par les commerçants en grains de la ville, les marchands de bestiaux, les cultivateurs. En 1881 voulant contraindre le propriétaire à céder son établissement à un prix inférieur à sa valeur, il était menacé d’expropriation. Après des démarches et de réclamations infructueuses, le café avait définitivement fermé ses portes le premier juillet sur ordre de la police. Finalement le propriétaire avait été contraint de le vendre en 1882 à l’État qui allait le démolir pour dégager la cathédrale.

Les brasseries

La brasserie « la Germania » avenue Serpenoise avait été vendu en 1889 pour être remplacée par un nouvel hôtel des postes.

L’ancienne brasserie Henry rue de l’esplanade (Coëtlosquet) , avait été transformée en 1890 pour devenir la Cigogne.

Les congrès de la société des hôteliers allemands se tenaient dans de grandes brasseries dont la Cigogne.

Bourse de marchandises

Par décret une bourse de marchandises avait été instituée en 1897 au Café Central place d’Armes. Choisir un local privé pour une institution considérée d’utilité publique avait semblé anormal.

Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter