Rue du Petit Paris

Collection D. Mahut Cette rue portait autrefois le nom de rue derrière Saint Sauveur en raison de la collégiale et de l’église qui occupaient tout un côté de la rue. En 1647 elle avait pris le nom de rue Serignan en souvenir de Monsieur de Serignan lieutenant du Roi qui y habitait. En 1720 elle avait reçu le nom de Petit Paris prenant le nom d’une hôtellerie appelée Petit Paris.

Tout le terrain compris entre les rues du Petit Paris, de la Fontaine Saint Jacques (rue de Ladoucette), des Tappes (rue Fabert) et de la place Saint Jacques, appartenait à la collégiale Saint Sauveur. L’autre côté de la rue du Petit Paris appartenait au chapitre de la Cathédrale.

En 1782 bail d’une maison de cette rue à François Barillot, maître tourneur de cannes. Un descendant de celui-ci exerçait encore la même profession en 1843.

Après la révolution le cloître de Saint Sauveur était devenu un marché à la viande. Le cloître était grand et des arceaux existaient encore derrière la fontaine Saint Jacques. On y accédait par un passage près de cette fontaine.

Les dépendances de la collégiale avaient été vendues en 1791 comme propriété nationale, une brasserie et une épicerie y avaient été installées.

Des trottoirs avec aqueduc pour les eaux, avaient été établis en 1848 dans cette rue ainsi que dans les rues voisines.

La veuve Billotte la jeune, en 1821 près du café Moreau, fabriquait et tenait un magasin de papiers peints, papier à écrire, cartons, registres, encre, plumes, crayons, etc.

La maison n°1 de la rue à l’angle de la rue des Clercs, construite après 1760, était connue sous la désignation de maison Bompard, dont le propriétaire marchand de draps, avait été maire de Metz en 1832.

Dans cette rue se trouvait vers 1850 la librairie Devilly, avec un cabinet de lecture, devenue ensuite librairie Lorette, qui vendait des livres neufs ou vieux. Cette maison avait édité de nombreuses publications sur Metz.

Certaines maisons numérotées pairs à l’emplacement de Saint Sauveur, avaient leur entrée sur la place Saint Jacques.

Les commerces en 1936

N° 1 confection Léon Fox, n° 3 et 5 chaussures André, n° 7 maroquinerie, n° 9 articles de ménage et outils Auguste Vincent, n° 11 chaussures Fohlen, n° 13 confiserie, fleurs Watrinet, n° 15 pâtisserie.
Année 1913 Année 1914 Année 1928 Année 1929 Année 1929 Année 1949 Année 1966 Année 1913 Année 1923 Année 1914 Année 1923 Année 1932 Année 1922 Année 1928 Année 1930 Année 1931 Année 1935 Année 1948 Année 1966 Année 1981 Année 1926 Année 1928 Année 1914 Année 1921 Année 1922 Année 1923 Année 1923 Année 1932 Année 1939

N° 2 à 6 nouveautés Au grand marché, n° 8 Paris chemises, fruits et légumes Vaquer, n° 10 café torréfié Hoca, bonneterie Au bazar populaire, n° 12 nouveautés Galeries Lorraines.
Année 1921 Année 1922 Année 1914 Année 1914 Année 1914 Année 1914 Année 1929 Année 1982

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D

Fil des commentaires de ce billet

Ce billet n'a pas de commentaires


counter