Rue Winston Churchill

Sur l’emplacement de la rue de l’esplanade à l’entrée de la rue des clercs, en 1266 les religieux de la Trinité avaient acheté une portion de la maison du voué, s’y étaient installés et avait construit une église. Leur maison détruite lors de la construction de la citadelle, ils s’étaient installés sur la colline Sainte Croix.

Lors d’une fouille en 1719 avaient été trouvé à 5 mètres de profondeur de vielles maçonneries et une inscription romaine. En 1722 deux maisons de cette rue appartenaient à la cathédrale.

Appelée rue de l’esplanade en raison de la magnifique promenade qui la bordait, en 1810 elle avait été prolongée jusqu’à la place Saint Martin.

L’alignement de la rue avait été modifié en 1848 et la ville avait versé une indemnité pour la reconstruction d’une maison sur le nouvel alignement. Elle avait été élargie avec de larges trottoirs en 1852 depuis la rue Serpenoise jusqu’au palais de justice.

Au rez-de-chaussée de la grande maison n° 8 faisant face à l’esplanade avec une issue rue Poncelet, se trouvait jusqu’en 1871, le café du Heaume très fréquenté par les officiers. Après 1873 la grande salle était devenue un théâtre qui n’avait eu qu’une existence éphémère, pour être finalement remplacée par une école de jeunes filles. A côté du café du Heaume se trouvait une maison qu’un banquier s’était fait construire vers 1860.

La maison n° 10 avait été bâtie en 1762 pour abriter l’école royale d’artillerie. Au premier étage se trouvait la salle d’études des mathématiques, au deuxième la salle d’étude du dessin. La loge du concierge était au rez-de-chaussée. L’école avait été transférée par la suite rue Paixhans. Le conseil de guerre avait ensuite occupé les lieux puis avait été remplacé par l’administration des télégraphes.

Au n°16 se trouvait le café turc nommé ainsi parce que son premier propriétaire s’appelait Turc.

Rue Winston ChurchillEn 1936 on trouvait au n° 2 un huissier, au n° 3 une école de jeune fille, au n° 4 (angle rue des Clercs) une étude d’avocats, au n° 6 le café du belvédère, au n° 8 des instruments de musique, au n° 10 les ponts et chaussées, au n° 12 un avocat, au n° 14 le palais de la TSF, au n° 16 Keime Nassoy papiers peints et linoléum, au n° 18 un débit de tabac.

Année 1968 Année 1914 Année 1963 Année 1927 Année 1929 Année 1930 Année 1930 Année 1922 Année 1955 Année 1922 Année 1926

Collection D. Mahut Collection D. Mahut
Après la transformation de la place de la République en 2010.


Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter