La redécouverte de l’amphithéâtre

Le 9 mai 1875, Charles Abel, historien messin, avait attiré l’attention sur une découverte faite dans le fossé de la lunette d’Arçon (fortification) en mai 1870. Il s’agissait de plusieurs tronçons de colonnes en granit provenant de l’ancien amphithéâtre, qui avaient été incorporés dans la construction de l’ancienne abbaye Saint Arnould. Ces vestiges allaient être transportés au musée quand la guerre avait éclatée. En 1875 il restait encore une colonne au milieu des débris de l’ancienne gare, entre un cerisier et un bec de gaz, en se dirigeant vers la gare provisoire.

En 1902 lors des travaux préparatoires à la construction d’une gare de marchandises, à l’emplacement de la « redoute du Pâté » une construction massive était apparue avec des murs enchevêtrés. Les ruines de l’amphithéâtre avaient été mises à jour.

Représentation de l’amphithéâtre, Saint Clément et le Graoully, faite par un élève du collège Rabelais, en 1995. Au milieu de l’arène des colonnes étaient probablement les restes de la première église fondée par Saint Clément dans l’amphithéâtre.

Des visites des ruines avaient été organisées, mais pressées par le temps, des fouilles incomplètes avaient révélées les vestiges de l’amphithéâtre, dont le souvenir avait été perdu au fil du temps. Elles avaient été recouvertes devant la nécessité de construire rapidement la voie de chemin de fer et la gare de marchandises.

Les ruines enfouies subsistent encore aujourd’hui sous le croisement de plusieurs rues à l’entrée de ce qui fut la gare de marchandises.

Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter