Les canalisations d'eau

Le Sablon étant autrefois très riche en eau, on pensait que la commune reposait sur un lac souterrain. Les travaux du chemin de fer ayant coupé les sources du haut Sablon, beaucoup de puits étaient à sec.

En 1894 un projet de conduite d'eau avait vu le jour pour la somme de 210.000 marks, les militaires s'engageant à en payer 110.000. Les eaux seraient captées dans la vallée de Montvaux à Chatel Saint Germain. La conduite déclarée d'utilité publique, serait commune pour Montigny, le Sablon et Moulins.

Les travaux de captage commencés fin août 1894 avaient été terminé à la fin de l'hiver à Chatel saint Germain.

A Chatel les propriétaires du moulin voulaient poursuivre en justice Montigny et le Sablon, pour les contraindre à rendre à leur cours ordinaire, les eaux des sources, les travaux ayant supprimé la moitié de l'eau du moulin.

Suite aux réclamations des habitants, le conseil municipal de Chatel Saint Germain avait donné sa démission. Finalement le conseil avait cèdé la source captée sur la route de Chatel à Amanvillers pour la somme de 5.000 marks que Montigny et le Sablon payeraient pour le 1 avril 1895. Ceux-ci s'engagaient à donner un abonnement aux habitants de Chatel qui le demanderaient, et a faire exécuter à leur frais un embranchement pour alimenter les bâtiments scolaires de Chatel ainsi que six bouches à feu. Le meunier du moulin quant à lui réclamait une indemnité pour la perte d'eau subie de 1894 à 1899.

En 1901 Ch. Vigneul, directeur de banque à Metz, propriétaire d'un petit jardin de plaisance au Sablon avec prise d'eau, n'était pas d'accord avec le tarif appliqué et réclamait une réduction au bourgmestre de Montigny, le président du syndicat des eaux.

En été 1910 des cas de dysenterie s'étaient produit parmi les troupes de la garnison à Montigny. Une relation avait été faite entre l'épidémie et l'eau fournie par le syndicat. L'analyse de l'eau avait établi que celle ci était irréprochable. De plus si la dysenterie se manifestait parmi les troupes, il n'avait été signalé aucun autre cas parmi la population.

En 1919 les sujets allemands avaient été éliminés du Syndicat des eaux de Montigny, Sablon, Longeville, Ban saint Martin, Devant les Ponts et faubourg de Metz et remplacés par des lorrains d'origine.

En 1920 le syndicat fournissait de l'eau à la ville de Metz au prix de 4,5 centimes le m3.

Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter