Les sources du Sablon

En 1639 Saint Nicolas utilisait gratuitement l'eau de la fontaine de l'hôpital située au Sablon.

En 1696, le couvent des Célestins recevait le superflu des eaux provenant de l'hôpital Saint Nicolas. Si toutefois l'hôpital utilisait pour ses besoins toute l'eau provenant de la source, il lui était possible d'en priver les Célestins.

En 1792 les sources du Sablon accordaient des lignes d'eau à certains établissements. Une ligne d'eau débitait 1 pinte 1/2 par minute (une pinte = 0,93 litre à Paris).

Etaient alimentés :

  • le séminaire Saint Simon, rue d'Asfeld, le résidu allant à la Madeleine ( 3 lignes)
  • les religieuses de la Visitation ( 3 lignes)
  • les Minimes ( 3 lignes)
  • l'hôpital de la Madeleine ( 3 lignes)
  • Monsieur le Président Poutet et Monsieur le Comte d'Humbepaire ainsi que le sieur Paul (1 ligne).
  • Bénéficiait également de l'eau le propriétaire de la maison où était établie la fontaine sur la place Saint Louis.

En octobre 1811, il était prévue que les sources du Sablon alimenteraient 7 fontaines à Metz :

  • Place Saint Thiébault, au milieu de la place
  • Saint Symphorien à l'emplacement du perron
  • Saint Nicolas comme précédemment
  • Place du Quarteau à la place du puits
  • Fontaine Coislin comme précédemment
  • La Visitation, rue Mazelle
  • Place Mazelle, sur la place

L'hôpital Saint Nicolas était alimenté par 4 sources ( 2 sources rue aux Arènes, 1 source rue des Francs, 1 source rue Saint Pierre) soit le bassin inférieur de Saint Nicolas, la fontaine publique Saint Nicolas, le lavoir Saint Nicolas, et un robinet dans la cour des hommes.

La source de Tivoly, proche du presbytère actuel, alimentait la buanderie, la cuisine, la pharmacie, le robinet de la cour des filles de Saint Nicolas, la prison de la Madeleine, le séminaire Saint Simon, l'auberge de la côte de Delme dépendant des Célestins, les fontaines Saint Louis, Coislin, Visitation, Minimes et Basse Seille.

En juillet 1814, les sources du Sablon avaient diminuée au point qu'on craignait de ne plus avoir d'eau pendant l'été. Elles ne donnaient plus qu'1/4 de ce qu'elles donnaient précédemment. Depuis l'année 1811, année de la comète, il était à craindre de voir tarir les fontaines.

En 1839, le volume des sources avait encore diminué, de sorte qu'il ne suffisait plus au besoin de la population. Jean Boistaux avait proposé au Maire, la vente de sa source, très abondante. L'acte de vente des sources de Jean Boistaux et de celle de Michaux, son voisin, avait eu lieu le 26 juillet 1839. Il était à prévoir des travaux sur 475 mètres pour raccorder les deux sources à celle de Tivoly à l'aide de conduite en fonte ou en pierres de taille.

Les sources du Sablon


Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter