Les soeurs de Sainte Chrétienne

Le couvent du Sablon est situé à l'emplacement approximatif de l'ancienne abbaye Saint Clément détruite en 1552. En 1695 une maison de campagne appelée Tivoly, appartenant au séminaire, se trouvait au même emplacement. A proximité la Fontaine Bénite leur procurait de l'eau fraîche.

La communauté des sœurs de Sainte Chrétienne avait été fondée à la période révolutionnaire par Madame Anne Victoire Tailleur épouse de Monsieur Alexis de Méjanès.

Le couple ayant acheté le modeste château d'Argancy, y cachait les prêtres traqués. L'Abbé Louyot y déposait des hosties consacrées et la messe se faisait au château.

En 1798 l'Abbé Louyot avait transformé la communauté en monastère laïc et Madame de Méjanès avait pris le nom de sœur Marie de la Trinité. Plusieurs jeunes filles d'Argancy avaient intégré la communauté. On y faisait la classe et on y intégrait une chapelle.

Les sœurs n'avaient pas prononcé de vœux, chose impossible à cette période, mais une consécration simple.

Ces religieuses avaient été les piliers de la fondation des sœurs de Sainte Chrétienne.

En 1806 Monseigneur Jauffret, évêque de Metz, avait entendu parler de la communauté d'Argancy, qu'il avait été visiter. Le 29 septembre 1807, il recevait les vœux de 25 religieuses et leur donnait le nom de Congrégation des Sœurs de Sainte Chrétienne. Madame de Méjanès veuve depuis 1801, en était devenue la supérieure, sous le nom de Sœur de Sainte Chrétienne.

En 1808 la communauté s'était établie à Metz près de l'évêché. Ne restaient à Argancy que les sœurs faisant la classe aux enfants. Fin 1808 la congrégation avait atteint 72 membres et en 1811 elle possédait 25 établissements dans toute la France.

La communauté prospérait à Metz où avaient été créés les établissements des rue Taison et Saint Gengoulf.

A madame de MéjanèsFrappée par une attaque en 1834 Madame de Méjanès était décédée le 2 octobre 1837 à l'age de 75 ans.

L'établissement du Sablon avait été ouvert en 1850, avec un scolasticat de 22 sœurs de chœur, un noviciat de 10 sœurs converses et 10 novices. Les sœurs avaient organisé une école paroissiale, un asile, un patronage de jeunes filles.

En 1852 le conseil municipal du Sablon avait donné un avis favorable à un échange de terrain entre la commune et les sœurs. Le bâtiment qui comptait 41 fenêtres avait été démoli la même année, reconstruit et agrandi avec 63 fenêtres.

En 1863 un ouvroir avait été annexé à l'école qui avait été convertie en école communale.

En 1870 un campement militaire avait été créé au Sablon, les religieuses de Sainte Chrétienne établissant une ambulance militaire. Entre septembre et octobre une vingtaine de soldats était décédée à l'ambulance militaire.

Plan du nouveau chemin à aménagerEn 1872 les sœurs ayant acheté un terrain avaient demandé à la commune, le déplacement d'un chemin qui suite à cet achat, traversait leur propriété. En échange elles proposaient de donner la même largeur (3m) pour établir un nouveau chemin sur leur terrain récemment acquis. Le conseil municipal y avait consenti, mais envisageant d'élargir le chemin, demandait en échange 1,50 mètre de terrain supplémentaire, sur toute la longueur. En 1877 la Supérieure du couvent consentait à l'échange à condition que la commune fasse construire un petit mur le long du nouveau chemin, qui devait mesurer 3,50 mètres de large. Finalement le chemin avait été porté à 4 mètres et en contrepartie le commune avait fait construire 4 heurtoirs le long du mur à faire.

Le 22 avril 1879 avait eu lieu la bénédiction du chemin de croix.

Le 16 août 1881 l'Evêque de Metz avait approuvé la nouvelle édition du livre de prières à l'usage des religieuses.

Le 8 septembre 1900 Monseigneur Karst, Vicaire Capitulaire avait posé la première pierre de l'oratoire public de la Communauté sous le vocable de Sacré Cœur de Jésus. Un an plus tard, le 4 septembre 1901, il bénissait solennellement la chapelle.

A partir de janvier 1906 les sœurs visitaient les malades à leur domicile.

Lors de la guerre 1940/1945 un bâtiment du couvent donnant dans la rue Saint Bernard avait été détruit par un bombardement. La reconstruction était intervenue dans le courant de l'année 1954.

L'ancien couvent Après le bombardement 1954 Le premier étage en construction à l'arrière plan La reconstruction après guerre

1956 Reconstruction terminée

En 1990 construction d'une maison de retraite de 50 lits, réservée pour les sœurs âgées de Sainte Chrétienne.

Jubilé le 28 août 1994 pour les sœurs qui fêtaient de 25 ans à 70 ans au service de Dieu.



Réservée aux sœurs âgées, de moins en moins nombreuses, en 2006 la maison de retraite accueillait également les autres personnes âgées.


Une exposition le 25 octobre 2008

Exposition Exposition Exposition

Un nouveau bâtiment a été terminé en 2009 ce qui porte la capacité d'accueil à 70 chambres.

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D

Fil des commentaires de ce billet

anne

Anne Charbonnier née WEBER pensionnaire à Rustrof vers 1958 à 1963. Dans les classes de 8 à 3 avec Eniko Lazlo fille de notre prof de gym, Je n'ai que de bons souvenirs de ces religieuses extraordinaires, ouvertes, intelligentes et pleine de gentillesse. Avec une pensée particulière pour la douceur de soeur Marguerite. La sainteté de soeur Sébastiana et pour soeur Jeanne qui devant ma soif désespérée de lecture m'a confiée la clef de la bibliothèque de notre salle de classe et toutes les autres. Que de respect pour ces Dames. Sans compter les Messagères . . je pense souvent à ces jours passés moi qui n'aimait pourtant pas la pension.

anne mercredi, 10 octobre 2018 - 16:17
yva maracci

je m'appelle Yva Maracci et j'ètais pensionnaire dans l'annèe 1959-1961,Je me souviens très bien des soeurs et j'aimerais retrouver une photo de ma classe, j'ètais dans le technique .je suis sortie en 1961 et j'ai travaillè pendant 6 ans chez Austrasia-Spes à Metz.Enuite je me suis marieè et je suis retourneè en Italie ou j'habite maintenant et je suis veuve, j'ai 74 ans mais mes souvenirs sont très vifs et très bons.Je ne saispas si vous pouvais m'aider.J'habite LA SPEZIA mais j'ai une mail ou vous pouvez me contacter.Merci beaqucoup.yva

yva maracci jeudi, 13 septembre 2018 - 20:10
Lawrence

Bonjour a tous. je suis, dans un pur esprit de curiosite passé pour visiter l'immeuble qui est en vente. Quelle tristesse, tout est a l abandon. le cloitre, le refectoire, la chapelle quasiment s'ecroule. Les plafonds sont pourris et tombent quasiment en miette. le cloitre est dans un etat ou une debrouissailleuse ne ferait aucun effet. je suis navre pour vous toutes, mais gardez ces souvenirs dans vos memoires car c'est le seul endroit ou vous pourrez les retrouver. Face a toutes vos reactions de sympathie, je me devais de reagir pour vous tenir informees. Dommage que des gens puissant acheter un tel symbole pour le laisser aller a rien.

Lawrence mardi, 6 septembre 2016 - 17:47
Michèle LHIRONDELLE

Bonjour
J'ai élève à Longuyon (54) en 1967 en 6ème dans la classe de Mme PUECH et c'était soeur Monique la Directrice puis une seconde 6ème, la 6ème "bleue" dirigée par Soeur Saint-Denis qui devint soeur Cécile (ou l'inverse : ça fait tellement longtemps !). Je recherche cette soeur de tout mon coeur ; je l'ai aimée en secret comme une seconde mère ; c'est elle qui m'a donné la Foi à travers ses différents cours (notamment ceux de religion). Qui peut me mettre en contact avec elle SVP ?

Michèle LHIRONDELLE mardi, 29 mars 2016 - 21:00
burte

Je voudrais savoir si soeur Dominique vit toujours j étais au pensionnat sainte chrétienne a Metz en 1957 l année de ma communion solennelle j ai bien connu la directrice du pensionnat et sa nièce que j aimais beaucoup Monique laveuf j étais en pension je m appelle micheline burte marié jeunet j aimerais bien avoir des nouvelles merci d avance micheline

burte vendredi, 19 février 2016 - 22:52
Joseph Katz

Les Sœurs Chretiennes ont caché et sauvé des enfants Juifs pendant la seconde guerre mondiale et c'est tout a leur honneur.

Joseph Katz mardi, 3 novembre 2015 - 18:24
Jean François Sachs

Moi aussi je suis du quartier et que de bons souvenirs quand on jouaient au ballon en face du couvent et qu'on allaient à l'ancien foyer des jeunes

Jean François Sachs samedi, 28 mars 2015 - 21:33
PACCAUD ANDRE

Lorsque j'habitais rue ST PIERRE METZ SABLON au n°48A où je suis né, j'ai été enfant de choeur sous la houlette du curé CHATAM et de l'abbé ZINS pendant quelques années et il m'est arrivé d'assister le prêtre pour la messe de 07H00 du matin dans la chapelle des SOEURS STE CHRETIENNE au Sablon (années 57 -58); J'étais tellement ému et stressé que lorsque j'entrais dans la chapelle derrière le prêtre je baissais la tête en ne regardant que mes pieds, je m'agenouiller au pied de l'autel le dos tourné aux soeurs qui assistaient à l'office. Aujourd'hui encore je n'ai pas le souvenir de les avoir regardé. QUEL SOUVENIR !!!!

PACCAUD ANDRE mardi, 24 février 2015 - 16:55
sophie

je garde un très bon souvenir de Sainte Chretienne (rue Saint Gengoulf) toute la famille se joint à moi pour vous envoyer nos meilleurs baisers.
quand nous arrivions au collège on disait : " C'est nous les Duverneuil "!

sophie mercredi, 18 septembre 2013 - 17:23
elisabeth petitfaux

Je suis une ancienne pensionnaire de Rustroff de 1963 à 1966 (classes de 6ème, 5 éme,
4 ème, 3 éme) . Soeur Marie-Jeanne était notre directrice et nous enseignait les maths et la physique chimie. J'ai gardé d'elle un trés bon souvenir ainsi que de Soeur Marie de la Présentation qui nous enseignait les maths en 6ème et en 5 ème ainsi que la musique . Soeur Marguerite était notre professeur principale en 4 éme. Je me souviens que j'appréhandais mon passage dans cette classe car cette religieuse me faisait un peu peur. En fin de compte elle était très gentille et j'ai gardé un très bon souvenir de cette année. Je n'ai jamais aimé être en pension surtout la première année mais je dois dire que ces femmes ont beaucoup compté pour moi . Elles nous consacraient leur temps sans compter. J'ai gardé un très bon souvenir de mon année de 3ème. Celles qui le voulaient pouvaient s'occuper des plus petites et j'avais appris aux plus jeunes pensionnaires à danser le sirtaki. C'est resté un bon souvenir. Il y a quelques années j'ai souhaité revoir le pensionnat au cours d'un voyage dans la région avec ma famille mais je me suis retrouvéet devant un bâtiment à l'abandon. J'aurais mieux fait de ne pas revenir. J'ai retrouvé soeur Marie Jeanne Olier , voici son téléphone 03 87 50 74 84 et soeur Marie Noële Lapointe (soeur Marie de la Présentation) 03 26 48 82 20

elisabeth petitfaux mercredi, 3 octobre 2012 - 00:42
maryse

moi aussi j'etais externe a Rustroff surement a la meme epoque car j'ai eu Soeur Hildegarde dont je garde un tres bon souvenir
j'habitais Sierck -Les -Bains a l'epoque et venais de gironde

maryse vendredi, 30 septembre 2011 - 15:11
Irène HAUTTER MARTIN

J'ai été à Rustroff, et je me souviens bien de toi Martine j'ai même une photo de toi en communiante, J'ai connu les mêmes Soeurs, et en garde un excellent souvenir,
ce devait être à la même époque, de la 9e chez soeur Hildegarde puis soeur St Louis
puis Soeur Agnes, dans mes souvenirs aussi Soeur Sébastiana (cours de politesse) Soeur Stanislas (arts plastique dessin) Soeur Marie de la Trinité (couture) à la 6em incluse)
je faisais aussi du piano (Melle KRIER Mireille, et de la danse Mme LAZLO) Je me nomme donc Irène HAUTTER Epouse MARTIN et j'habitais ALGRANGE à l'époque Serai heureuse d'avoir des nouvelles à bientôt :-)

Irène HAUTTER MARTIN lundi, 31 janvier 2011 - 11:25
Michèle

Traduction du commentaire précédent

Je veux contacter Elda Peon une fois un étudiant à Saint-Chrétienne Académie, Salem, Massachusetts. Elle était un ami proche de Sœur Louise de Marillac et je veux qu'elle sache que sœur est morte Dec.24th à 9 heures au Sablon à Metz, France. Quand je l'ai en Décembre, elle a été très heureux d'avoir repris contact avec Elda après tant d'années. J'ai pensé qu'il était important pour Elda d'avoir cette information. Sincèrement, Soeur Agnès Therrien

Michèle samedi, 25 décembre 2010 - 11:53
Soeur Agnes Therrien

I want to contact Elda Peon once a student at St. Chretienne Academy, Salem, Massachusetts. She was a close friend of Sister Louise de Marillac and I want her to know that Sister died Dec.24th at 9 A.M. at the Sablon in Metz, France. When I saw her in December, she was excited to have renewed contact with Elda after so many years. I thought it was important for Elda to have this information. Sincerely, Sister Agnes Therrien

Soeur Agnes Therrien samedi, 25 décembre 2010 - 03:33
Odile DELEVOYE

Je réponds au message du 1er juillet d'Elda.
Soeur Louise de Marillac n'est plus à Longuyon depuis avril 2009. Elle est désormais pensionnaire de la maison de retraite Ste Chrétienne de Metz (114 rue Saint Pierre 57000 METZ). Voici son numéro de téléphone 03 87 63 41 42.
Je suis à votre dispsoition pour lui faire passer un message si vous le souhaitez car je la verrai le vendredi 29 octobre 2010.

Odile DELEVOYE mardi, 26 octobre 2010 - 10:19
martine bailleul nee hermann

j ai ete pensionnaire a ste chretienne a rustroff dans les annees 60-64 avec ma soeur chantal je me souviens bien de ces soeurs comme soeur ste marie de la visitation,soeur ste hildegarde nous avions aussi des profs laiquesl

martine bailleul nee hermann lundi, 23 août 2010 - 14:46
Elda Peon

Je suis une mexicaine, ancienne eleve de Salem. Soeur Louise de Marillac a ete ma superieure et ma maitresse de francaise (que je suis en traine d'oublier). On m'a dit qu'elle a Longuyon encore. Qu'elq'une peut m'informer?

Elda Peon jeudi, 1 juillet 2010 - 03:44
béatrice wieckowski née schwarz

Je désire savoir s'il y a des Soeurs du pensionnat Ste Chrétienne de RUSTROFF encore en vie comme Soeur Marie-Jeanne ou Soeur Marie de la Trinité merci de votre réponse

béatrice wieckowski née schwarz jeudi, 18 mars 2010 - 14:44
amandine

bonjour,

Je m'appele Amandine,je suis aide-soignante à la maison de retraite Sainte Chrétienne au Sablon,je voulais connaître un peu plus l'histoire des Soeur qui résident chez nous.
Elles sont chères à mon coeur, elles m'apportent télement d'amour d'écoute et de beaucoup de lumières, elles sont des personnes pures je les aime profondément et d'avoir pu apprendre sur cette magnifique histoire... Je ne savais pas que la congrégation était de notre région, que les Soeurs avaient été si généreuses c'est forlidable.
Merci pour vôtre blog...et merci pour toutes les Soeur du monde.

amandine dimanche, 24 janvier 2010 - 15:29

counter