La lessive à l’ancienne

Après avoir séparé le linge blanc du linge de couleur, le linge blanc était mis à tremper pendant plusieurs heures dans un baquet d’eau froide additionnée de lessive. Il n’y avait alors que deux marques de lessive : Lever et Persil.

Ancienne cuisinièreAprès avoir bien trempé, le blanc était mis dans une lessiveuse métallique placée sur une cuisinière, en principe dans la cuisine. On laissait chauffer le tout jusqu’à ébullition pendant environ une heure. Un tuyau positionné au fond de la lessiveuse se terminait au dessus du linge par une sorte de champignon troué. L'eau bouillante remontait dans le tuyau et retombait en pluie sur le linge.

La lessiveuse était alors transportée dans une buanderie et le linge blanc brossé énergiquement avec une brosse de chiendent sur une table en bois. Une fois propre le linge était mis à tremper dans un baquet d’eau claire.

Ensuite le linge de couleur était placé dans l’eau encore chaude, restée dans la lessiveuse, et brossé de la même façon que le blanc avec la brosse de chiendent.

Venait ensuite le rinçage de toute la lessive d’abord dans une première eau puis dans une seconde avant d’être tordu pour en évacuer l’eau. Puis le linge était pendu sur des fils de fer tendu dans le jardin, à l’aide de pinces à linge en bois.

Une fois sec, le linge était repassé avec d’anciens fers qui chauffaient sur la cuisinière. Pour en mesurer la chaleur on portait le fer près de l’oreille où le rayonnement émis permettait d’évaluer si la chaleur était suffisante ou trop forte. Dès que le fer refroidissait, on le replaçait sur la cuisinière pour en prendre un autre à la bonne température.

La lessive avait en principe lieu un jour par semaine, souvent le lundi. C’était un gros travail qui prenait en général toute la journée. C’était bien avant l’utilisation des machines à laver et des sèches-linges actuels.

Dans certains villages, les femmes au lieu d’utiliser une buanderie se rendaient au lavoir, leur lessiveuse posée dans une petite charrette. Elle brossaient leur linge sur la margelle du lavoir et le rinçaient à grande eau dans la cuve du lavoir. C’était aussi l’occasion de grands bavardages entre femmes.

Gil

Des lessives à base de savon existaient depuis longtemps : La multinationale Lever produisait Persil et Lux depuis les années 30, et il y avait des marques françaises comme Saponine et Mir produits par Cotelle. Après guerre Catox, de la savonnerie Le Chat, vendu en paquets triangulaires, a connu un grand succès grace à une forte campagne publicitaire dans la presse et sur les ondes de Radio Luxembourg (émission "La Reine d'un jour"). Les détergents sont apparus dans les années 50. Je crois que le premier a été OMO (Lever).

Gil vendredi, 18 juillet 2008 - 16:46
coinpomme

en matiere de lessive il ne faut pas oublier les fameux marchands de couleurs qui vendaient une lessive canon : l'oxydrine. poudre redoutable !!!
il convient également de mentionner l'usage d'une grand pince en bois qui servait a retirer le linge bouillant de la lessiveuse pour son transfert dans une grande bassine (je possède une de ces grandes pinces en bois) !!!

coinpomme vendredi, 18 juillet 2008 - 16:50
sim13

Ces souvenirs sont un bain de jouvance ! Oui la lessive se faisait le lundi, même dans les HBM de la Ville de Paris où, n'ayant pas de jardin, les "grosses pièces" (pantalons, bleus de travail...) égouttaient d'abord sur les fenêtres avant d'être suspendues sur un sèche-linge accroché au plafond de la cuisine. Le mardi on repassait le linge sec et le mercredi on raccommodait les pièces trouées ainsi que les chaussettes... Merci de cette heureuse idée !

sim13 vendredi, 18 juillet 2008 - 16:51
Gérard Faure

Ma mère s'étonnait d'une chose curieuse, au fur et à mesure du temps, le couvercle de sa lessiveuse se déformait. Chaque fois qu'elle l'utilisait, elle remarquait des nouvelles bosses dans le métal. Elle les attribuait sans doute à la déformation de la matière lorsque celle-ci se refroidissait. L'explication était plus simple. Son rejeton lui piquait en douce et s'en servait de bouclier. C'était le Thierry la Fronde de la Sente à My.

Gérard Faure samedi, 19 juillet 2008 - 21:19

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter