Entre rue aux Arènes et Sente à My

Rue des Francs

Sur le plan cadastral de 1811 un chemin semble être l'esquisse de la future rue des Francs. En 1847 ce chemin accède à la ruelle de la maison brûlée, [1] et traverse les lieudits le "Paradis" et la "Maison Blanche". En 1914 on le retrouve sous le nom de "Franckweg". En février 1927 la conduite de gaz ayant été prolongée jusqu'aux bâtiments nouvellement construits, deux nouvelles lanternes à gaz y avaient été installées. En 1936 au n° 2 se trouvait une laiterie en gros, au n° 22 une épicerie.

Les rues qui suivent sont toutes situées au lieudit "Vuide Bourse"

Rues Dembour et Hisette

En 1938 lors de l'aménagement des rues, il avait été nécessaire d'exproprier trois parcelles appartenant à un garagiste de la rue aux Arènes.

Rues Boilvin et d'Hannoncelles

Rue Emile BoilvinL'aménagement de la rue Emile Boilvin avait été approuvé le 30 avril 1937, le maire déclarant toutefois que cette rue était le plus bel échantillon des conséquences malheureuses de spéculations particulières. La construction du tronçon entre la rue d'Hannoncelles et la rue Saint Pierre avait nécessité une procédure d'expropriation. Un mur de soutènement supportant un grillage devait être construit sur le terrain exproprié en dehors de l'alignement de la rue. Concernant la rue d'Hannoncelles le projet d'aménagement d'un tronçon de 30 mètres à partir de la rue Boilvin avait été approuvé le 30 avril 1937. La plupart des maisons appartenaient à la "société d'habitations pour employés".

Rue Aimé de Lemud

La construction avait été décidée le 17 mars 1933, les frais d'aménagement étant à rembourser par les propriétaires riverains. En 1936 l'achèvement de la rue était décidé, celle-ci étant presque complètement bordée de maisons. En 1936 au n° 2 une épicerie.

Rues Auguste Prost et Robinson

En 1930 avait été approuvé la construction de la rue n° 23 entre les rues Kellermann et Saint Pierre [2]avec des modifications apportées en 1932. En juin 1934 environ 4 ares de terrain avaient été acquis pour la réalisation de la rue Auguste Prost. 19m2 provenant de la ruelle désaffectée avait été cédés à un riverain. La majorité des façades étant bâtie, la moitié des frais devaient être récupérés auprès des propriétaires. La construction d'un trottoir était prévue entre les rues Saint Pierre et d'Hannoncelles et l'achèvement prévu en juin 1936. Année 1936 on trouvait au n° 13 une boucherie-charcuterie. Les maisons n° 14, 16, 18, 20 appelées "les colonies" appartenaient à la société d'habitations pour employés.

Notes

[1] amorce de la peut-être future rue Kellermann

[2] probablement la rue Robinson

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D

Fil des commentaires de ce billet

Michele
Merci pour les précisions apportées. Il me semble qu'en dehors de la Kolonie du Sablon, il en existait également à Montigny.
Michele dimanche, 8 avril 2007 - 14:32
Max

Le mot allemand "Kolonie" désigne ou désignait, car il me paraît suranné, un lotissement à la périphérie d'une ville ou un ensemble d'immeubles d'habitation construits sur le même modèle.

Max dimanche, 8 avril 2007 - 11:08
Max

Pour les maisons situées à l'angle des rue Saint Pierre et Auguste Prost on ne disait pas "les colonies" mais la colonie. Avant 1918, c'était la "Beamtenkolonie"

Max samedi, 7 avril 2007 - 23:33
Max

Sur la photo légendée "rue Emile Boilvin" on voit en fait la rue d'Hannoncelles. La rue perpendiculaire est la rue Gardeur Lebrun

Max samedi, 7 avril 2007 - 22:38

counter