Les commerces (Longeville lès Metz)

Dans les années 1950 les différents commerces se répartissaient comme suit :

En arrivant à l'entrée de Longeville sur le côté pair de la rue nationale (et pas encore rue du Général de Gaulle) on trouvait le café de Paris, puis le café Noss, les coopérateurs dans le bâtiment du Castel Lorrain, la laiterie qui deviendra par la suite Jacquot moto, le café Bellevue, les Sanal, la boulangerie Bombardier, les Ecos, la pharmacie Grosjean, la boulangerie Lautwein, une laiterie, la boucherie charcuterie Hayem qui deviendra la Falor, le café André, la boucherie charcuterie Renaud, Les Coopérateurs, une mercerie, le café Garand ? les coiffeurs Luxembourger, le café Mathis aussi marchand de charbon.

Sur le côté gauche du côté impair, en premier se trouvait la station essence Amodru, la poste, le photographe Neumann (peut-être avant 1950), la quincaillerie Levresse, l'épicerie Cavalin, la droguerie, la clinique Sainte Thérèse, un coiffeur pour homme, la boulangerie Bier avant de devenir Pirus, puis vers la barrière un ou deux commerces, magasin de fleurs ? épicerie ?

Dans la rue de l'église le codonnier Werner et en face une laiterie.

J'ai peut-être omis un ou plusieurs commerces oubliés, qui les sortira de l'oubli ?

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D

Fil des commentaires de ce billet

tinou

exactement, mes parents ont dû déménager en 1959, le petit atelier à Longeville était souvent inondé soit en raison des orages ou soit en raison de la Moselle qui était "trop haute" ....(expression de l'époque)....

le facteur s'appelait M. Gaston Chéry.

tinou mardi, 2 février 2016 - 15:42
michele

Je crois avoir connu votre frère Paul à Longeville.  Quand votre père s'est installé au Ban Saint Martin, n'était ce pas presque en face de la caserne ? Il y avait là un cordonnier, dont je ne me rappelle plus le nom.

Concernant le garde champêtre je crois que la famille Weiss habitait rue de l'église.

Dans l'immeuble où se trouvait la cordonnerie à Longeville, il me semble qu'il y habitait aussi notre facteur.

 

michele lundi, 1 février 2016 - 15:06
tinou

merci Michèle pour votre message, je suis effectivement la fille de M. Rossi, j'étais toute petite à l'époque mais j'avais un grand frère Paul né en 1939, peut être vous souvenez vous davantage de lui ?

le garde champêtre s'appelait Achille Weiss, au fur à mesure des heures, la mémoire me revient...

revoir Soeur André est un vrai bonheur, merci de tout coeur...

tinou dimanche, 31 janvier 2016 - 16:18
michele

soeurAndre1991_-_2.jpg

Photo de soeur André en 1991

 

 

michele samedi, 30 janvier 2016 - 14:55
michele

Monsieur Rossi était cordonnier dans l'immeuble à côté du café tenu par madame Noss, puis repris par la famille Wahl. Je me rappelle du cordonnier Rossi, le nom Dufour ne m'est pas non plus inconnu. Par contre je n'ai pas souvenir de la  fille Rossi qui a fréquentée la classe de soeur André, probablement pas la même année que moi.

michele samedi, 30 janvier 2016 - 14:49
tinou

c'était au 34 rue de Gaulle que mon papa M. Rossi avait sa cordonnerie, son voisin le plus direct était M. Dufour, un ancien poilu, qui se rappelle du garde-champêtre, comment s'appelle t-il ?

j'étais à l'école chez Soeur André, effectivement elle était très gentille et d'une patience......

tinou vendredi, 29 janvier 2016 - 23:32
tinou

vous oubliez mon papa M. Rossi qui était cordonnier, il avait une toute petite boutique entre le café de Paris et le débit de boisson tenu par Mme Wall, rue du Général de Gaulle, en 1958, nous avons déménagé à Ban St Martin.

Que de souvenir !

tinou vendredi, 29 janvier 2016 - 23:04
rg

Je confirme qu'il y avait un fleuriste dont le nom m'echappe.
Il y avait le café de la Gare et le café du chemin de fer et un marchand de charbon ( M Fiac)

rg lundi, 12 janvier 2015 - 17:21
RG

Bonjour
L'epicerie pres de la barriere etait tenu par M et MME Clément avec une employée que tout le monde appelé <affectueusement Titinne

RG lundi, 12 janvier 2015 - 17:19
Norbert

Pour l’instant, je n’ai pas d’autres informations sur les fouilles. Je viens simplement de relever une photographie publiée dans L’Annuaire de la Société d’Histoire et d’Archéologique Lorraine de 1900, (obtenu sur le site Gallica de la B.N.F.) page 384 et 414, portant la légende suivante :coupe en argile sigillé trouvée en 1900 par M.Goldité dans sa propriété, elle porte en creux le poinçon de l’artisan-potier : Saturn fecit.(sans indication sur la nécopole).

Je vous remercie une fois encore pour les indications que vous me donnez sur ma famille ; je voudrais simplement avoir une précision. Les 3 relevés cadastraux dont vous faites état , concerne t’il bien la seule maison sise au 128 rue du Général De Gaulle (maison Goldité) ou s’agit-il d’autres propriétés situées ailleurs à Longeville ?
Merci.

Norbert dimanche, 30 janvier 2011 - 17:38
Michèle

Super l'anecdote sur les soldats romains. A retrouver dans les revues de la shal ou de l'académie de Metz, pour en savoir plus.

D'après la matrice cadastrale de Longeville, on trouve en 1855 à l'emplacement de la maison concernée, François Perrin qui y est propriétaire d'une maison (probablement une nouvelle construction).

Puis au même endroit en 1892, c'est Théodore Demange qui est propriétaire d'un atelier, d'une cuverie et d'un pressoir.

Quant à Auguste Goldité on le retrouve en 1894 propriétaire d'une maison qui devait se situer à l'angle des rues du Général de Gaulle et du Tramway.

Michèle dimanche, 23 janvier 2011 - 17:55
Norbert

Merci beaucoup pour vos précisions généalogiques, je vous en suis très reconnaissant. Mon problème est que mon ancêtre maternel, Théodore Demange, a été adopté par F. Perrin à Longeville (il faudra que je retrouve son acte de naissance ou de décès pour identifier ses parents naturels).

Bien que cela ne concerne pas les « Commerces de Longeville », voici une curieuse anecdote.
Vers 1902, lorsque mon arrière grand-père fit creuser une cave sous la maison pour entreposer ses tonneaux, on découvrit les vestiges d’un cimetière militaire romain. On rapporte que les soldats étaient enveloppés dans une couverture de roseaux (encore visible malgré la proximité de la Moselle), étaient dotés de leur équipement et avaient à leurs pieds de belles poteries sigillées. Leur tête reposait sur une brique portant le numéro de la légion. Compte tenu de l’orientation des sépultures, il n’est pas impossible que le site s’étende plus loin sous la maison voisine ou sous la rue. Le tout a été remis au Musée de Metz et la découverte aurait fait l’objet d’une communication dans la revue archéologique

Norbert samedi, 22 janvier 2011 - 16:12
Michèle

Le cordonnier s'appelait Werner et si mes souvenirs sont bons la laitière qui habitait sur la route de Scy devait s'appeler Cailloux.
Concernant l'auberge, je n'en connaissais pas l'existence et comme vous j'aimerais en savoir plus à ce sujet.
Votre arrière grand-père Auguste Goldité s'est marié à Longeville le 21 septembre 1890 avec Marie Pulchérie Demange fille de ... Demange et de Marie Françoise Chary.
Auguste Goldité né à Forbach était le fils de Jean Goldité et Marie Bolender.
Je n'en sais pas plus à leur sujet, bien qu'ayant relevé une partie des actes d'état-civil de Longeville pour une exposition de généalogie, je n'ai pas la totalité des actes.
Le cercle généalogique de la Moselle pourrait probablement vous en apprendre plus.

Michèle samedi, 15 janvier 2011 - 18:08
Norbert Goldité

En effet, j'ai fait une erreur : la cordonnerie se trouvait bien rue de l'Eglise. La confusion vient de ce qu'autrefois (il y a bien longtemps), l'école communale se trouvait rue de l'Eglise. Plus tard a existé à l’ emplacement de l’école un café qui faisait l'angle la rue de l'Eglise et de rue du Général De Gaulle (café Garand), avec des bacs de lauriers sur le trottoir.
Ma famille - les Goldité - ont habité jusqu'en 1974 le 128 rue du Général De Gaulle dans la maison que vous appelez la "grande maison".
Mes ancêtres maternels - Théodore Demange et François Perrin - y tenaient au rez-de -chaussée et jusqu'en 1890, une auberge dont malheureusement je ne connais pas le nom. En aout 1870, l'établissement a été réquisitionné par le maire (Gautier) pour y établir une ambulance militaire et soigner les nombreux blessés des batailles de Saint-Privas et Gravelotte qui avaient lieu à quelques km. de là.
Par la suite, mon arrière grand-père, - Auguste Goldité (maire de Longeville de 1898 à 1902) - y tenait une affaire de négoce en vins et spiritueux. Il avait rue de l'Eglise ses bâtiments (bureau, remise à charrettes, séchoir, et la cordonnerie) qui ont aujourd'hui disparu. La municipalité a pris dans les année 1960 un arrêté d'expulsion et de démolition pour élargir la rue qui n'était autrefois qu'une ruelle.
J'accueillerais avec reconnaissance toute information sur cette ancienne auberge , ainsi que sur les familles Goldité, Demange et Perrin (dont j'essaye actuellement de reconstituer l'arbre généalogique).

Norbert Goldité samedi, 15 janvier 2011 - 16:02
François

Je recherche des descendants de la famille SUTTER

François lundi, 3 janvier 2011 - 17:02
Michèle

L'entrée chez le cordonnier devait se trouver face à la laiterie, dans la rue de l'église. Rue des écoles je pense plutôt à une entrée par le jardin. La mercerie avec entrée rue Général de Gaulle devait aussi se trouver dans cette grosse maison qui se trouvait à l'angle de la rue.
Votre nom ne m'est pas inconnu, c'est celui d'une famille qui habitait Longeville dans les années 1950/1960.

Michèle dimanche, 2 janvier 2011 - 16:24
Norbert Goldité

Bonjour
Mes ancêtres Goldite possedaient la maison sise au 128 rue du général de Gaulle. Je confirme que mon père louait bien un local à un cordonnier. L'entrée se trouvait rue des Ecoles. Il y avait aussi une "laiterie" presqu'en face. Je me souviens avoir cherché du lait avec un petit bidon en aluminium que la laitière nous passait par sa fenêtre. J'aimerais bien connaitre le nom de la personne qui a habité la maison de 1965 à 1980 .

Norbert Goldité samedi, 1 janvier 2011 - 19:53
Michèle

Depuis l'église en regardant la rue de l'église, la laiterie se trouvait à gauche la 3ème ou 4ème maison, juste une porte et une fenêtre au rez de chaussée. C'était une petite laiterie qui ne vendait que du lait vers les années 1950. La cordonnerie se situait de l'autre côté de la rue, à peu près en face de la laiterie.

Michèle dimanche, 12 septembre 2010 - 13:52
Majo

bjr, j'ai habité Longeville de 1965 à 1980, au 128 de la rue Gal de Gaulle au coin de la rue de l'Eglise dans la maison des Goldité mais je ne vois pas où étaient la laiterie et le cordonnier puisque le jardin de la maison s'étendait jusquà la rue Robert Schumann et que de l'autre côté il n'y avait que des maisons. Moi aussi j'ai connu la "soeur des malades", la soeur Andrée à l'école primaire qui était très gentille.
La blibliothèque aussi a côté de l'église tenue par les Demoiselles Lemoine.
Il y avait également une mercerie à côté de la pharmacie Grojean et un Sanal rue Hirschauer.

Majo samedi, 11 septembre 2010 - 19:15
François

Bonjour Mme G. je voudrais savoir s'il des descendants de la famille habitent toujours à longeville ou la région , j'aimerais avoir un contact avec l'un d'eux , merci

François vendredi, 23 juillet 2010 - 13:56
jcd and co.

Bonjour a ts.
Je suis un petit-fils de Joseph Klucken qui travaillait aux ets SUTTER. Ma mere Gisele y a travaille aussi. Je voulais savoir si qq'un a encore des vieilles etiquettes de bouteille de limonade. Cela m'interesse. Merci d'avance de me tenir au courant.
P.S: Ma mere a ete Miss Longeville 1956.

jcd and co. dimanche, 18 octobre 2009 - 21:42
BAPI78

Les souvenirs reviennent.
La laiterie face à l'ancien emplacement du monument aux morts etait tenue par Mme Peiffer.
Le salon de coiffure face aux établissements Falor était tenue opar Mr Bodart avant François Gindt. Ce monsieur Bodart a vecu à la fin de sa vie dans une maison en bois dans ce qui deviendra le Parc municipal en limite de la maison où j'ai habité lorsque mes parents sont venus du Sablon à Longeville pour cause d'appartement soufflé par un bombardement( 2 Rue Sous les Pettants

BAPI78 lundi, 13 avril 2009 - 10:21
BAPI78

Pas mal le retrospective
Les Coops étaient tenus par la Famille HAAS, il y avait une entreprise d'electricité HOMMEL dont le patron etait capitaine de pompiers, la drogerie etait tenu par Mr COLMAR qui faisait le developpement photos, Il y avait une imprimerie reliure tenue par Mr MEZAN?Le coiffeur homme etait François GINDT, les docteurs etaient MM GREWELDINGER et RITZENTHALER, L'infirmière locale etait un soeur de la congrégation de Peltre, Il y avait ungrossiste en oeufs beurre et fromage MR LOCH, le maitre nageur bénévole etait Mr EWALD, Le commissariat de police comptait dans ses rangs MM GOCEL, CLAUDOT. Il existait une laiterie dans la rue de l'eglise. Les Ets SUTTER exercaient une activité de revente de boissons et fabriquaient de la limonade.La localité possédait une équipe de basket sous l'égide de Mr Colette Directeur d'école initiateur de la Maison des Jeunes située derrière l'Ecole de garçons.Une ecole de football a vu le jour avec des pestataires prestigieux pour l'époque car joueurs du FC Metz : ACOSTA et d'autres originaires d'Amérique du Sud ceci à l'époque des WAGNEUR, HESS, REMETTER.
Longeville est le berceau d'une reine de beauté et d'un chamion de sky nautique TILLEMENT
Je ne possède pas de photos

BAPI78 lundi, 6 avril 2009 - 09:54

counter