mes souvenirs des années 50 et 60.

Le Sablon, c'est ma très chère enfance. Je suis arrivé dans ce quartier en 1954. J’avais un an. Mon père, militaire, venait d’être muté à Frescaty et nous habitions au 12 de la rue Gabriel Pierné. J’étais le plus jeune de la famille et j’avais trois sœurs et un frère.

En cette fin des années 50, j’avais ma première promotion sociale. Je quittais la barboteuse pour le short. Notre immeuble était au milieu des champs, et la sente à My un petit sentier. J’ai vu construire tous les immeubles aux alentours. C’était d’ailleurs notre amusement d’aller jouer dans les chantiers.

J’ai passé de merveilleuses années dans notre immeuble. C’était des familles de militaires. Le soir, nous nous retrouvions tous assis sur un petit mur à discuter à perte de vue. Au fil des années, les centres d’intérêts changeaient. Youri Gagarine ou Alan Shepard, Anquetil ou Poulidor, Johnny ou Eddy. C’était l’époque où nous rentrions de l’école pour nous précipiter sur le transistor. « S.L.C. salut les copains ». El le soir, nous allions chez les voisins qui avaient la télé pour regarder le palmarès.

Et pendant ce temps, les immeubles poussaient. Celui de la Sente à My d’abord, puis celui dans le prolongement du nôtre, vers la route de Magny, puis la tour en face et son immeuble voisin.

Je suis entré à l’école maternelle du Graouly à la rentrée 58 puis à St Bernard en 59. A cette époque, la rentrée était le 1er octobre.

Nous y allions à pied, le parcours était toujours le même. La sente à My, la rue Lothaire, la rue des Robert avec arrêt à la boulangerie Marigiola pour acheter un Schneck ou un pain au lait. De temps en temps, je passais chez Mouzin pour acheter des « lunettes ». Passage devant l’église et enfin l’école.

A l’époque, les garçons étaient séparés des filles par un grand mur qui nous évitait les mauvaises pensées et nous permettait ainsi une meilleure concentration sur le travail. (Ces principes n’ont d’ailleurs jamais été vérifiés, mais qu’importe).

J’ai connu en 59 Madame Sarre, puis en 60 au CE1 avec Monsieur Karch, en 61 au CE2 Madame Lacroix, puis 62 et 63 au CM1 et CM2 avec Monsieur Barthel

Ayant souvent la tête en l’air, j’ai redoublé mon CM2 en 64 avec Monsieur Pierron. Je me rappelle de cette classe, avec la carte de France affichée au fond et les pupitres maculés de l’encre violette des encriers Et puis, ce fut les cours complémentaires en 65 et 66. Monsieur Freiburger nous enseignait l’allemand, Monsieur Potier le Français, Monsieur Marchal les maths, Monsieur Dromzé et Monsieur Kirsch, je ne sais plus quoi. Ca n’a pas dû me marquer. Il y avait aussi Monsieur Hamburger. Et le Directeur qui nous terrorisait, Monsieur Schont.

Et les copains, comment s’appelaient ils, ma mémoire me fait défaut. Qu’on me pardonne, je vais sûrement écorcher les orthographes. Je me rappelle en vrac de Harote, Hill, Dieudonné, Dufour, Ferry, Tosi, Bensoussan, les frères Rémigi, Dufour, Grumberg, Schmitt, Staub, Joly, Tison, Sommer, Gillet, Matusiak, Kologreski, Sédiki, Kurula, Morineau, Choc, Kieffer, Amelot. Enfin, ça va me revenir, il faut que je retrouve les photos de classe.

A l’école, je me rappelle, notre attention était souvent attirée par le rugissement des réacteurs des F84 qui amorçaient leur descente à basse altitude.Mon père était gendarme de l’air. Parfois, il nous racontait un crash. Un jour, c’était au dessus de la Seille. Un F84, réacteur étouffé, était en perdition. Le pilote, au lieu de s’éjecter à dirigé son appareil vers la Seille pour éviter des baraquements d’ouvrier, pleins à craquer.

Une autre fois, un pilote avait fait un pari stupide. Il voulait démontrer que l’appareil pouvait décoller sans les JATO (fusées d’appoints placées sous le fuselage et qui fournissait pendant quelques seconde la poussée nécessaire pour arracher le F84 du sol). Pour décoller, il a décollé. Mais sans puissance, il a survolé la route pour exploser dans le petit bois en bout de piste.

Et chaque fois, un copain avait perdu son père.

A cette époque, il y avait aussi l’Algérie. Mon père y est allé comme les autres. Tout ça pour dire que j’ai vraiment connu la vraie solidarité des familles.

Et l’église dont la place était si importante dans le cadre du concordat. Quand je vois aujourd’hui ces laïques intégristes qui en sont à mesurer la dimension d’une petite croix de communion pour savoir s’il elle est ostensible ou ostentatoire, ils n’ont pas connu le bonheur d’être enfant de chœur. A 7 heures moins le quart du matin, en hivers, je me vois arriver, petit enfant de chœur de 9 ans, à la sacristie où l’impressionnant curé Chattam m’attendait pour la messe. Oh, ce n’est pas qu’elle avait du succès sa messe, les sœurs du couvents étaient là avec quelques grands-mères plusieurs fois centenaires.

Le dimanche, les enfants étaient séparés. A droite les garçons, à gauche les filles. Nous étions avec nos shorts dont les poches étaient pleines de billes. Quand on s’agenouillait, quelquefois une couture craquait, et les billes tombaient sur le sol. Pendant l’adoration, c’était tac tac tac tac tac tac tac tac tac tac tac tac tac tac … Et le regard foudroyant du père Chattam et de la mère principale du couvent.

D’autre fois, l’abbé Caillou, l’abbé Zinst ou encore l’abbé Trapp venait me chercher en classe vers 10 heures pour servir un enterrement. Je n’aimais pas servir les enterrements parce que l’on n’avait pas de dragées comme pour les baptêmes ou les mariages.

Le dimanche, c’était toujours le même programme, 7 heures, messe basse. 9 heures, messe des enfants, 10 heures, messe des Allemands, 11 heures, messe des feignants. Et l’après midi, c’était les vêpres, Alléluia, suivi du cinéma de l’abbé, youpi ! C’est là que j’ai découvert Charlot et Laurel et Hardy.

Le cinéma, c’était aussi le Lux. Ca va cogner avec Eddy Constantine, Ca va aussi cogner avec les péplums et ça va encore cogner avec Don Camillo. Le Lux, quelle chance d’avoir connu ce cinéma de quartier pour une éternelle dernière séance. C’était les parterres à 30 centimes et les balcons à 55. Ce monde turbulent était surveillé par un personnage inquiétant, sorti tout droit d’un film d’Hitchcock, une vieille dame en noire que nous surnommions irrévérencieusement le corbeau.

Les fêtes tournaient autour de l’église. La kermesse bien sûr, la retraite au flambeau, le mois de marie en mai, le rosaire en octobre. Les rues étaient pleines, tout le monde participait. Mon Sablon, c’était une grande famille très unie.

Il n’y avait pas encore d’hyper à l’époque. Nous allions nous approvisionner au Sanal, rue Lothaire ou aux Ecco. En face, c’était Fici le charcutier qui nous faisait toujours cadeau de buvards ousqu’il faisait de la réclame pour son magasin. Plus haut dans la rue, un autre personnage inquiétant, le père Biache, dentiste ayant une solide réputation de boucher. La terreur de nos petites dents cariées par les bonbons à 1 cts. Et la rue des Robert. Je me rappelle du laitier qui nous servait avec sa grande louche.

Rue St Livier, il y avait en bas, un bazar ou je me précipitais pour acheter des jouets à 1 francs. Plus haut, c’était le marchand de vélo. Citroneige je crois. En remontant, rue de la Chapelle, c’était le libraire, Hebtin. C’est là que j’achetais Pilote et Tout l’Univers.

Tout ça, c’est loin, très loin même. En 1967, mon père était muté sur Paris et je ne suis pratiquement plus revenu. J’avais treize ans.

Aujourd’hui, à 52 ans, si vous me demandez une définition du bonheur, je vous réponds : Le bonheur, c’est d’avoir 10 ans et de lire un spirou perché en haut du grand mûrier de la Sente à My.

Si vous voulez d'autres souvenirs, inutile de mettre une tune dans le bastringue, un, mot, une phrase, une date, un nom... et le moulin à parole redémarre...

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D

Fil des commentaires de ce billet

titine

a la recherche de mon père GIOVANI ayant connu ma mère dans les années59 aux alentours du SABLON

titine jeudi, 10 janvier 2019 - 07:27
titine

Ma mère Ginette PELLAT a vécue au SABLON et travaillée au Palace ce grand restaurant elle y était serveuse, puis elle a été a PLAPPEVILLE au nid, mon grand-père FERDINAND PELLAT habitait rue Jean Burger a ST JULIEN LES METZ était président de l UDAF puis de l ENFANCE UNIE si certains l ont connu ils peuvent me faire signe

titine jeudi, 10 janvier 2019 - 07:25
titine

Bonjour et BONNE ANNEE 2019,

J ai connu enfin ma mère travaillait au Palace comme serveuse dans ces années la moi je suis née en 1960 donc j étais en nourrice a VALLIERES a coté de SAINT JULIEN LES METZ, chez me et mme FERRY qui était adorable avec moi, un autre petit garçon était aussi en nourrice avec moi, SYLVAIN je l ai chercher très longtemps après s etre perdus de vue,. Un oncle qui travaillait a la base de FRESCATY aussi engagé et qui habitait Marly, donc si vous souhaitez de plus amples renseignements, voici ma boite mails, marie-du67000@hotmail.fr

titine jeudi, 10 janvier 2019 - 07:10
costa

Bonjour,
à la recherche de vieux magasins de Metz je lis là des témoignages tout à fait sympathiques, ô combien racontés par ma famille. Mon père faisait partie des "italiens" de la rue aux arènes et ma maman était au Sanal (celui en bas de la rue aux arènes) tenu par sa mère dans les années 55 je pense. Je cherche une photo du Sanal, si quelqu'un a cela, il serait le bienvenu car nous n'en avons pas !
Ma famille paternelle a habité cette rue (mon père, son frère, mes grand-parents...et ma famille maternelle également . ils m'en racontent des histoires régulièrement.
Quelqu'un a parlé de Monsieur Barthel, instit ! je pense que c'est un ami de mes parents, Rémi de sin prénom.
Merci de votre aide à tous !

costa dimanche, 3 janvier 2016 - 16:59
Lydie Gérard née Hoffmann

je suis sur Facebook : Lydie Gérard et j'habite rue des Allemands à Metz

Lydie Gérard née Hoffmann dimanche, 19 janvier 2014 - 10:59
bernard tenret

bonjour Lydie , la personne qui gère le site me dit que ton adresse mail n'est pas valide , elle a tenté de te transmettre la mienne

bernard tenret dimanche, 19 janvier 2014 - 00:13
Lydie Gérard née Hoffmann

Bernard Tenret peux tu me répondre ?

Bernard Tenret

bonjour , je suis un ancien du sablon , j'ai habité au 109 rue saint pierre , puis au 88 de la même rue de 1962 a 1975 , après un bref passage a Borny , je suis revenu au 15 rue Lothaire . j'ai eu bien sur mon passage a l'école saint Bernard chez madame Leduc pour mon ce1 ( qui nous accompagnait avec son violon en chant ) je me souviens de quelques copains , Laheurte , Jean luc Bordé , les frères Cézard (Alain et Christian ) avec qui j'ai repris contact et Christian qui m'a fait connaitre ce site , et bien d'autres vu sur les photos dont les noms me sont familiers. je n'ai pas pu trouver de photo de ou j'apparaissais , les rares que je possédais ont été détruites dans l'inondation d la cave de ma mère. j'ai fait partie des louveteaux avec Monique Boulanger comme cheftaine ^^. Amicalement Bernard .

Bernard Tenret mercredi, 15 janvier 2014 - 15:12
Mireille O.

Pour Mireille Meyer je suis aussi une des Mireille de l'époque nous étions ensemble en classe a l'école St Bernard, j'ai une question j'ai eu pour me vendre je ne sais plus un jeune homme pour soit des encyclopépies ou une assurance .Sije te parle de cela c'est qu'a cette époque et le jour ou il est venue ma fille était là et tout en parlant il demandait les renseignements courant quand je lui est dit mon prénom et mon année de naissance en plus avec mon adresse il me dit que sa maman portait le meme prenom et il me dit à un moment ton nom j'avais gardé longtemps son carton avec ses renseignements le concernant et là plus possible de la retrouver pourrais-tu me dire si c'est bien ton fils?Bien je te laise regarde les photos de St Bernard tu t'y verras je pense meme pratiquement sure à bientot la je vais étre hospitalise à plus une Mireille ma soeur c'était Monique et mon grand frére Orlando Marinez cordialement .

Mireille O. vendredi, 22 août 2008 - 11:22
Mireille O.

Pour les ames Vaillantes , moi j'en ai fait partie et j'en parle dans une autre page, j'ai meme encore la petite broche avec la Colombe je la garde précieusement car j'en ai souvent parlé a ma fille , pour des personnes l'impasse Auricoste de Lazarque j'ai juste le souvenir de Francine qui vivait chez sa grand mère et qui à fait son apprentissage chez Wajsbrot avec moi , moi je suis allée travaillée aux Nouvelles Galeries en 1966 je sais qu' un moment Francine tenait avec son mari la boucherie dans la rue Lothaire juste avant le café La Terrasse bien je dois vous laisser mais à un autre jour Mireille O.

Mireille O. vendredi, 22 août 2008 - 10:59
chantal

bonjour denise je suis egalement nee au sablon en 51 ma mere tenait le salon de coiffure si vous me reconnaissez faites moi un petit coucou chantal

chantal mardi, 19 août 2008 - 22:24
Denise D.

Bonjour a toutes les personnes qui écrivent.
Je suis née au Sablon et y ai vécu de 1946 à 1966. J'y suis revenue en 1970 et habite actuellement rue de Castelnau.
Je souhaiterai avoir des nouvelles der personnes qui habitaient au fond du Sablon, à savoir : Rue Auricoste de Lazarque, rue Saint André, rue Saint Bernard et la fin de la rue de Casrtelnau. Je suis née en 1946 et commencé l'école primaire St Bernard en 1951 (un an en avance) jusqu'en cours fin d'études 1ère année. J'avais quatre frères et une soeur. Mon nom de jeune fille est THISSE.
Merci aux personnes qui m'écriront : denydemay@modulonet.fr :-) :-D 8-)

Denise D. dimanche, 3 août 2008 - 14:23
Pils

ou est passe notre maternelle en bois la douceur de vivre le ventre de la baleine souvenez vous de la chanson de maternelle

Pils vendredi, 25 juillet 2008 - 09:37
Denise             STOLZ

une chose que personne parlent

Les âmes vaillantes et les choeurs vaillants le jeudi apres midi les garçons en bas et nous les filles au 1er étages c'etais de 14h a 16h les mercredis

Denise STOLZ lundi, 16 juin 2008 - 07:01
Denise             STOLZ

jais aussi chantée a la choral il y avait Monique Zeigner et jean-François Thomasains , monsieur Thribourt qui habitait lui rue st Pierre
Monique rue de le Chapelle et jean-François rue lothaire désolée met jais de plus en plus de perte de mémoite

Denise STOLZ lundi, 16 juin 2008 - 06:57
Denise             STOLZ

Je vais essayer de remettre de l'ordre dans ma tête avec les noms
Merci a vous tous d'être patients je vais faire des recherche des photos cela pourrais nous aider a bientôt

Denise

Denise STOLZ mardi, 10 juin 2008 - 23:55
Denise             STOLZ

Non , mais Michel étais un bon copin tous comme Jean-Marie Martin ,Jackie Pasquin ;Joelle Steinmetz , Marie-France Grosse , Jeanine Nimeskern , Solange Muller , Marie-Claire Ladame , il y avait encore une autre Marie-France , et de même encore beaucoup de monde . Eux étaient du début de la rue st Pierre alors que moi je me trouvée au 88 avec comme voisine Jacqueline , Christiane , et Claude Hirtz leurs frère , Lydie Hofmann , Béatrice Super , Je Vamarcelle , et Marie-Thérèse Voles , Christiane Michèl de la cité Manceron et dans mon entrée il y avait la famille Neufin Fernand et Jean-Marie , Lucette et Jeannette ,Marie-Therese , en face Bernard Thenret qui lui a quitté le secteur . Et dans le secteur grodgang il y avais une Raymonde Jeannette qui avais eu la poliomyelite petite fille , Agnies Schied de la rue de la croix qui nous a quittée tout comme Colette Beaulieu car jais revue la maman a Colette , ainsi que Françoise que sa maman l'accompagnè tous les jours a l'école . Je suis vraiment désolée tout est mélangée dans ma tête si l'une d'entre vous change un rue je lui en voudrais pas , je me rappelle beaucoup de chose mais difficile pour moi

Denise STOLZ mardi, 10 juin 2008 - 23:48
Henrion Michel

Denise, habitais tu rue St Pierre dans la même maison que les Murato ? :-D

Henrion Michel lundi, 19 mai 2008 - 14:18
Henrion Michel

Pour Sylvie,
j'ai connue une famille Henrion (dont une fille s'appelait Michelle )
qui habitait a queuleu, mais nous ne sommes pas de la même famille,
ou alors vraiment très loin.
@+ et au plaisir ;-)

Henrion Michel lundi, 19 mai 2008 - 14:15
Sylvie

Pour Denise.
Je ne sais que te dire sur moi, j'habitais rue de la Chapelle, en face de chez Hebting et près de la boulangerie Lemoine.J'étais assez grande et très fluette, blonde, j'étais souvent avec Solange Shmorr , Martine Piekarski, Marie-Claire Ladame,Colette Beaulieu.
Mireille Omarini essaie de mettre des noms dans ma mémoire mais je pense que je pourrai progresser quand je monterai à Metz au mois d'août.
Je ne me souviens pas vraiment de toi , je compte vraiment sur mon pélerinage de cet été !

Sylvie lundi, 19 mai 2008 - 01:17
Denise             STOLZ

manque chez les garçons Jacky Paquin , jean-marie Martin, Michel Murato,Tony Rossi , du début de la rue st pierre et moi jetais au 88 ou ce trouvais Jacqueline Hirts , Neufin Fernand , Christiane Michel , Jacqueline Somny , sa cousine Carreau du nom famille , et rue lothaire martine Bauer qui est coiffeuse rue garde lebrun Marie-France Grosse sont père jouer a la philharmonie du sablon Joëlle Steinmetz Solange Muller ; rue st pierre y avait aussi une épicerie qui est devenue un pressing par les mêmes propriétaires et leur fille été aussi de notre âge que ces loin tous sa je sais comme pour tous le temps a passé ne reste que les souvenir au coin de la rue lothaire et st Pierre épicerie chez madame Louis , le laitier et cordonnier chez Laurent et rue des roberts café de la terrasse a coté épicerie ensuite boucher Fournier , aprés laitier Mr Laruel ensuite le coop et la droguerie chez Abel et ensuite la boulangerie cela me rend triste de pensée a tous ces moments qui sont si loin et manque encore bien du monde mais que les noms me reviennent pas désolée

Denise STOLZ dimanche, 18 mai 2008 - 21:23
Denise             STOLZ

Sylvie bonsoir j'essaye de me remémorer ton visage ainsi que ton nom , il y a beaucoup de visages que je me souviens mais plus de nom si tu pouvais m'aider un peu a remettre de l'ordre dans ma petite mémoire merci d'avance Denise ;-(

Denise STOLZ dimanche, 18 mai 2008 - 20:38
Sylvie

Pour Michel, j'étais au lycée Schumann avec Noëlle Henrion qui habitait plantières-queuleu, tu connais ?

Sylvie samedi, 17 mai 2008 - 15:11
Henrion Michel

Merci Sylvie, je vai essayer de retrouver Martine. :-)

Henrion Michel samedi, 17 mai 2008 - 00:45
Sylvie

Martine est infirmière à Montigny les Metz

Sylvie vendredi, 16 mai 2008 - 19:04
Henrion Michel

Qui peu me donner des nouvelles de Martine Piekarski
qui habitait rue Kellerman ?
men57300@hotmail.fr
Michel Henrion de la rue Aux Arènes :-D

Henrion Michel jeudi, 1 mai 2008 - 23:05
Henrion Michel

Bonjour Mireille (Meyer) contant de te retrouver sur ce cit
souvenirs de la rue Aux Arènes et un peu de Laquenexy
Maintenant j' habite Hagondange.
A un de ces jours (peut-être)
Michel ;-)

Henrion Michel jeudi, 1 mai 2008 - 22:59
Chantal

Pour Mireille (Meyer)

C'est absolument incroyable !
Il y a deux photos sur le thème "photos de classe / communion" (page 2) sur lesquelles Janine peut se retrouver... et revoir celles avec qui elle a partagé les bancs de l'école St Bernard en 1954 et 1959.

Mais peut-être les avez-vous déjà vues.

Qu'est devenue votre soeur depuis de si longues années ?

Chantal mercredi, 30 avril 2008 - 18:48
Mireille

pour Chantal ;
oui ,je suis bien la soeur de Janine ! nous étions trois soeurs : Janine , Nicole et moi ( la plus jeune ) ! nous avions aussi un frère , Claude , qui , malheureusement , est décédé !

Mireille mercredi, 30 avril 2008 - 17:11
Chantal

Mireille (Meyer),

Etes-vous la soeur de Jeanine ?

Chantal mercredi, 30 avril 2008 - 06:49
Sylvie

Bonsoir Mieille, je me souviens également de Marie-Claire Ladame, Martine Piekarski,Agnès,Françoise Preuss,Chantal Bauer et d'autres J'habitais rue de la Chapelle à côté de la boulangerie Lothaire, devenue Lemoine plus tard .
J'essaie de me souvenir de toi , souvent Mireille Omarini m'aide à retrouver les copines mais si je n'ai pas les visages et les noms à mettre dessus, je suis perdue .Es-tu toujours au Sablon ou dans la région ? Je suis dans le sud , près d'Avignon depuis 1971. Chaque fois que je vais à Metz, je fais mon pélerinage au Sablon qui a bien changé .

Sylvie mardi, 29 avril 2008 - 21:29
Mireille

Bonjour ,
je viens de lire tous ces témoignages , et de mon coté , je me souviens de pas mal de noms: comme Mireille Omarini ; Marie-Claire Ladame , Christiane Barthélémy ,Agnès Scheid ; et tant d'autres ...
la famille Pierson habitait dans mon immeuble : au 56 , rue aux Arenes ( en face de la boucherie François) ; à coté , dans le fond de la cour ; il y avait aussi , une très grande famille " Bonnet "!
que de souvenirs !
Mireille Meyer

Mireille mardi, 29 avril 2008 - 20:41
Guy Marcot

Non malheureusement Mireille, je ne peux vous donner de ses nouvelles;
résidant toujours à Metz (et combien nostalgique du Sablon que je ne manque pas d'y retourner bien souvent ) j'ai malheureusement perdu de vue beaucoup de mes connaissances de l'époque. Mille regrets !

Guy Marcot lundi, 28 avril 2008 - 14:25
Mireille Lacomère

Bonjour Guy,
Savez vous par hazard ou vit Dominique actuellement? Agnes, Dominique et moi etions amies pendant les annees du Certificat d'Etudes. J'ai appris le DC d'Agnes mais j'aimerais tant retrouver Dominique.
Merci d'avance.
Mireille (la Sablonnaise exilee)

Guy Marcot

A propos d'Agnès Schied (je crois que c'est le bon orthographe),je l'ai bien connu et également sa copine Dominique (elles étaient toujours ensemble). Elles faisaient partie de la chorale où les frères et soeurs d'Agnès y étaient aussi:Francine,Joséphine,François,Joseph...Il y avait également Bouboule (Raymond Fichter)un grand amoureux d'elle.Et pour parler de Raymond,j'étais son grand copain:Hyppolite (surnom lorsqu'on m'a demandé comment je m'appelais).
Et que dire de Mme Weigerding (il n'y avait qu'elle qu'on entendait chanter....)Si quelqu'un se souvient de ces merveilleux souvenirs je suis à leurs dispositions remplies d'anecdotes sablonnaises. Guy Marcot

Guy Marcot lundi, 28 avril 2008 - 11:36
danielle

pour mireille Omarini
moi je suis un plus agee que vous puisque je suis nee en 46,donc c est vrai qu a cet age 4 ans cela compte.j habitais rue aux arenes mais comme j allais a st bernard je pâssais souvent dans ces rues 'et je les faisais toutes) c est comme ca que tous les commerces on les connaissait .moi je vois tres bien ou vous habitiez a cotge de chez wajbrot et surtout de votre frere orlando marinez (qui ne l a pas connu)il etait un plus age que moi mais etait tres connu,meme mon mari s en souvient car il allait mange au restaurant ou il travaillait 'la madelon rue du xx corps americain en face de jean 23" je me souvient meme un peu de vous physiquement . les noms effectivement que vous citez ne me disent trop rien , ceci du par ces quelques annees qui nous separent. mais tous les commerces de la rue de la chapelle je m en souviens tres bien. maintenant je vis dans le sud et je suis contente d avoir connu ce site que je consulte regulierement . a bientot

danielle mardi, 5 février 2008 - 11:57
mireille Omarini

pour Chantal actuellement j'habite Place du Souvenir Francais mais j'ai longtemps habité au 49 rue de la Chapelle l'entrée était rue St Livier nous habitions au dessus de chez Wajsbrot ou j'ai fait mon apprentissage mon frère et bien Orlando Marinez nous avions toujours bcp de musiciens ils faisaient les répétitions à la maison je me souviens du bal des Conscrit de la tournée des rubans j'ai gardé bcp de souvenir e mon enfance par contre je ne me souviens difficilement de ce que j'ai fait il y a 3 jours par exemple , désolé pour la mauvaise nouvelle mais je suis restée longtemps avec elle mais c'était trés difficile de savoir ce qu'elle allait faire je vous dis à bientot , je pense aller chez Michèle la semaine prochaine avec ma tierce personne cordialement Mireille Omarini

mireille Omarini mardi, 5 février 2008 - 09:06
mireille Omarini

:-) pour Mireille milles excuses oui je me suis trompée mon numéro est le 03 87 63 92 83 mais je pense que nous étion enseble en fin d'études , désolé pour la mauvaise nouvelle mais je l'ai aidé de mon mieux ayant perdu mon papa j'avais en plus de maman les 4 garcons de ma soeur décédée en 1987 ma fille et mon travail et bien sur ne pas oublier Roland j'ai une photo de mariage de Roland et meme j'ai une photo qu'il avait fait faire pour les dédicasses avec son micro à la main oui Orlando Marinez c'est mon frère qui est décédé cela fera 4 ans le 20 mai me voilà seule (avec bcp d'amis et amies) ma fille est à Cahors voilà pour ce matin , je pense pouvoir me rendre chez Michèle la semaine prochaine à bientot si vous téléphonnez ne vous étonnez pas j'ai bcp de mal à me déplacer cordialement Mireille.

mireille Omarini mardi, 5 février 2008 - 08:56
Mireille Lacomère

Pour Mireille Omarini
Le nom d'Agnes Schieds m'etait revenu l'autre nuit! Agnes, Domonique et moi etions amies au Certificate d'Etudes. Mais moi, l'enfant terrible de l'epoque, me suis mariée avant meme la fin de l'année scolaire et nous avons perdu contact car je suis partie aux USA. Je suis bien triste de savoir qu'elle est pu etre a un tel point de desespoir qu'elle est terminé ses jours. Quant a Harry, c'etait un bon copain et je l'aimais beaucoup.
Des que vous confirmez votre numero de telephone, je vous appelerai.
Amicalement. Mireille

Chantal

A l'attention de Mireille Omarini

Où habitez vous ?

Je pourrais éventuellement me charger de scanner vos photos pour les transmettre à Michèle Grandveaux.

Je ne vous promets rien mais si j'en ai la possibillité j'essaierai de passer chez vous aux fins de récupérer lesdites photos... que je vous restituerai ensuite.
Qu'en pensez-vous ?

J'ai appelé le n° de téléphone que vous avez indiqué. Etes-vous sûre de ne pas avoir fait une erreur de frappe en précisant ce numéro ?

Je ne vous connais pas mais je me souviens de votre frère Roland. Ne se faisait-il pas appeler Orlando ?

Chantal lundi, 4 février 2008 - 16:17
mireille Omarini

pour Mireille Lacomère Donique c'est Dominique Sampy et Agnes Schieds elle est décédée cela fait pas mal d'années on c'était retrouvé au collège Rabelais ma fille et un de ces enfants aussi elle habitait alors rue Belchamps elle a mis fin à ces jours j'avais garder aprés nous étre retroucé des contacts mais à la fin je ne pouvais plus lui parler , j'ai des tas de souvenirs et j'ai une amie qui vu la vie que j'ai eu m'a conseillé d'écrire un livre avec son aide je suis handicapée et ne vois plus beaucoup ma vie fut tout un poème façon de parler à bientot j'éspère recevez mes amitiées Mireille.

mireille Omarini lundi, 4 février 2008 - 15:24
mireille Omarini

pour Mireille Lacomère Harry Gaspard était le trompetiste de mon frère il a travaillé en ville dans un salon ou j'allais lui dire bonjour quand je travaillais au magasin C&A durant mon temps de pause pour le repas surtout en été , il est en photo avec mon frére quand il jouait avec lui mais il y avait en face de chez moi l'orchestre Smitt, Jo Ruzon ami de la famille sa femme tenait un magasin rue St Pierre j'ai connu beaucoup de monde mon papa était aussi à la caisse du Cristal , et beaucoup d'autres choses vous pouvez me téléphonner au 03 87 36 92 83 je serais ravi de vous parler dans ma classe nous étions 4 Mireille cordialement Mireiile .

mireille Omarini lundi, 4 février 2008 - 15:17
Mireille Lacomère

pour Mireille Omarini
Etant moi meme de janvier 50 il est fort possible que nous n'etions pas dans la meme classe. Pourtant votre nom de famille me dit quelque chose. Au certificat d'etudes il y avait 2 filles qui habitaient rue Castelneau. Une s'appelait Dominique et peut etre Agnes; Je ne me souviens plus , mais nous etions amies. Quand a Mlle Bataille, je n'ai pas etait a ses cours de danse mais une fille qui habitait dans la meme maison (Liliane) rue de Marie Anne de Bovet y allait et je l'accompagnai. As quel numero de la rue Aux Arenes habitiez vous? J'ai connu pas mal de musiciens au Sablon entre autre Harry Gaspard, un trompettiste, ami de la famille qui a fait parti de plusieurs orchestres dansants et qui etait coiffeur de metier.

mireille Omarini

pour Mireille Lacomère je suis Mireille Omarini je suis née aussi en 1950 et j'etais en fin d'études à l'école St bernard j'ai retrouvé des photos de la maternelle et de lécole des filles mais je n'ai qu'un simple pc j'ai contacté Michèle car je suis malade pour voir comment faire pour ces photos , j'ai travaillé en tant qu'apprentie chez Wajsbrot mon frère ainé Roland avez un orchestre j'ai des photos et de mon grand père qui tenait l'épicerie rue de la Chapelle si vous vous souvenez de moi j'ai beaucoup de nom et j'ai retrouvé Danièlle Dour elle habite l'étage au dessus de moi allez je vous dis à bientôt sur ce super site Mireille j'ai fait de la danse chez Ml Bataille

mireille Omarini jeudi, 31 janvier 2008 - 10:14
Mireille Lacomère

Pour Danielle,
Je suis nee en janvier 50. Ma mère a tenu le café du Passage du Sablon de 1960 a 63. Mme Schneider est bien comme vous la decrivez. Je me souviend des freres Etienne. Ma soeur connaissait l'aine et moi le plus jeune. Ensuite ma mère a vecue au 102 rue aux Arenes a cote de ce qui etait la base 901. Il y avait aussi Mlle Bataille qui donnait des cours de danse dans le batiment qui est ensuite devenu un cafe. Je suis maintenant aux USA ou je vis depuis 1984. Je reviens souvent en France et vais toujours faire un tour au Sablon. Mon Dieu que les rues ont retrecies!!! J'ai du vieillir :-D.
Au plaisir de relire plus d'histoires Sablonnaises.
Mireille

danielle

Pour Mireille,

enfin quelqu un de mon secteur,meme si c est un peu flou.mais les noms cites me reviennent en memoire.le 64 bis ou vous habitiez etait il en face du petit jardinet avant le cafe du passage du sablon ? parce que le nom de schneider me dit quelque chose ,sa maman etait petite et avait un probleme a une jambe ou un pied .les freres pierson oui je m en souviens ,moi j habitais en face de chez eux au dessus de la boucherie.il y avait egalement pres de chez poro coco Michel ,michel Werner ,les freres etienne au dessus, une copine nicole suder, la fille de la boucherie et en face christianne barthelemy?
de quelle annee etes vous ? je dois avoir 2 ou 3 ans de plus.etes vous encore dans le secteur ?depuis quelle annee habitiez vous dans cette rue ? si d autres souvenirs vous reviennent un petit commentaire sera le bien venu
DANIELLE

danielle mardi, 29 janvier 2008 - 21:29
Mireille Lacomère

Danielle,

J'habitais au 64bis rue Aux Arenes et j'ai connu les Piersons entre autres René qui avait a peu pres mon age. J'ai egalement connu les Beckers qui habitaient au 64. Dans ce meme batiment il y avait Marcel Schneider au rez de chaussee et Marie-Andree Stahl qui habitait avec sa grand-mere, Mme Wambach, tout en haut a l'etage mansarde. Les Berniers tenait le cafe au coin de la rue St. Pierre, a cote du tabac. J'etais en classe de certificat d'etudes au Sablon en 62/63.

chantal

Il me semble que "l'oiseau chanteur" était un mainate. Ce café était un endroit très convivial. Les jeunes aimaient s'y retrouver...

chantal mardi, 29 janvier 2008 - 08:16
Mireille

Le perroquet qui sifflait Le Pont de la Riviere Kwai se trouvait au cafe "Chez Gorius". Ma mere a tenu le cafe "AU Passage du Sablon" pendant quelques annnees e 60 a 63 et nous aimions aller "Chez Gorius" faire chanter l'oiseau!!

Mireille lundi, 28 janvier 2008 - 18:29
sylvie

Pour Danielle.
Oui, la maman de Brigitte Mandelli était une très belle femme avec un chignon comme il se faisait dans les années 50/60.
Nicole Ladame devait être la soeur de Marie-Claire car elle habitait bien rue St Pierre.
Non, je n'ai pas d'autres souvenirs de la rue aux Arènes.Je ne faisais que passer par là pour aller en ville .
J'habitais rue de la Chapelle près de la boulangerie Lothair,devenue lemoine ., pile en face de Hebting, le bureau de tabac.
Vous avez peut-être connu Michèle Surjet qui habitait au-dessus de chez moi qui devait avoir à peu près le même âge que vous . Son père était expert comptable.
Ma soeur ainée Lilianne est de 43 , c'était le chef de la bande au Sablon , elle ne semait pas la terreur ....elle roulait avec la mobylette des copains, celà suffisait à l'époque pour dire qu'elle était terrible !
A moins que vous ayez connu mon frère Patrice qui est de 49 ?
D'un quartier à l'autre, on ne se connaissait guère , on jouait toujours avec les mêmes copains et copines .
A bientôt des nouvelles de tous nos potes , j'espère qu'il y en aura de plus en plus sur ce site ?

sylvie jeudi, 24 janvier 2008 - 22:34
mireille Omarini

qui se souvient de Soeur Aloyzia?je m'excuse si j'ai fais une erreur dans son nom , je l'ai eu en dernière année a l'école St Bernard , Soeur Marie Ange, et bien d'autres mais il se semble qu'il ni est que Sylvie qui se souvienne de moi il est vrai j'étais trés menu souvent malade , cheveux frissés mais j'avais une copine proche Micheline Dedun qui à était longtemps factrice ma soeur était plus connue il me semble ce n'est pas grave je vais faire parvenir à m.grandveaux les photos en ma possession de mon grand père , de mon frère en chef d'orchestre etc à bientot Mireille .

mireille Omarini jeudi, 24 janvier 2008 - 10:36
danielle

pour sylvie
je me souviens de brigitte mandelli qui habitait dans la maison des eco sa maman avait toujoursun beau chignon,lje cafe en face ou on allait jouer au baby foot ,j ai bien connu une autre ladame mais c etait nicole elle habitait la rue st pierre ,sinon il y avait moi danielle nee en 46,j habitais entre la boucherie francois et la patisserie noblesse ,il y avait tout un tas d autres copains et copines ,dites moi si cela vous dit quelque chose et ou vous habitiez a bientot j espere

danielle jeudi, 24 janvier 2008 - 09:17
sylvie

Je me souviens d'une copine qui habitait en bas de la rue aux Arènes, Brigitte Mandelli, elle habitait pratiquement en face du bar qui faisait l'angle , là où il y avait un perroquet qui sifflait le pont de la riviere Kwai (je ne sais pas si c'est bien écrit).
Il y avait Marie-Claire Ladame et Martine Piekarski qui habitaient dans les parages, rue Kellerman et rue St Pierre..
Quant au dentiste, j'ai connu la petite maison, que je croyais prête à s'écrouler .
Danielle, de quelle année êtes vous ?
A bientôt de vous lire , peut-être.

sylvie jeudi, 24 janvier 2008 - 00:15
danielle

qui peux se souvenir des anciens de la rue aux arenes (c est a dire ce qui va de notre bon dentiste FISCHER je pense qui etait tres connu)situe dans la petite maison prs de l ancien pont de l argonne)jusqu en bas du tabac grimberg et du cafe st pierre qui faisait le coin de la rue st pierre. il y avait plein de commerces dans cette rue et plein de copains et copines.des becker,michel ,werner,pierson.moi c etait l ecole des filles peux etre avez vous des soeurs qui auraient memoire de ces noms et peux etre d autres qui m echappent.

danielle mardi, 22 janvier 2008 - 11:46
Gérard Faure

Effectivement, c'est la génération suivante. Ils doivent être de 1953 ou 54. Ferry s'appelait Jean-Luc (ou Luc). Il habitait tout en haut de la rue Lothaire, au-dessus du Kiravi. C était un très bon copain. En classe, il était plutôt vers la pôle alors que moi j'étais en fond de grille.
Joly s'appelait Yves et habitait, je crois, quelque part entre la rue St Pierre et la rue aux Arènes. Je me souviens que c'était le premier à avoir une mob. Il est arrivé un jour à l'école avec sa motobécane-motoconfort de couleur brun rouille. La classe.

Gérard Faure mardi, 22 janvier 2008 - 11:13
loulette

Dans la liste de copains, vous citez, Joly ,Ferry - ils etaient mes camarades de jeux rue St Pierre au sablon -nous avions environ 8 ans -Après moi, j'ai quitté Le Sablon en 1942.Tous deux se nommaient André - Ils sont toujours là, A.Ferry rue St Pierre et André J.on le trouve dans les pages jaunes -il est toujours à Metz - Je l'ai revu lors des obsèques de ma tante en 1999.
Mais je crois que cela ne peut pas être les mêmes dont on parle, compte tenu de l'âge et pourtant tous les souvenirs que vous evoquez me rappellent bien des choses.

loulette mardi, 22 janvier 2008 - 06:03
Faure

Pierron était quelqu'un d'exceptionnel. Très humain, il était respecté parce qu'il respectait les enfants. J'en conserve toujours un très bon souvenir. Part contre, pour les problèmes de répression sauvage dont Antoine était victime, étant donné qu'il y a prescription, je peux affirmer aujourd'hui que Antoine était régulièrement balancé. Ne comptez pas sur moi pour dénoncer le coupable de ces dénonciations. (Une petite indication: son père était concierge dans un établissement scolaire.) Maintenant, je ne dis plus rien.

Faure lundi, 19 novembre 2007 - 13:23
antoine LEYENDECKER
J'abonde dans ton sens Jacky, à propos de Mr Pierron. Toutefois, je me rappelle encore de sa méthode pour me faire rentrer l'orthographe dans la tête: il se promenait dans la classe derrière chacun de nous et regardait derriere notre épaule en silence...Alors je rentrais la tête dans les épaules, car si il y avait une "phoote" par exemple, alors il prenait quelques un de mes cheveux, sur la tempe, et les tournait en appuyant avec ses doigts sur mon petit crâne. Cela faisait trés mal et même une bosse de temps en temps qui inquiétait ma mère en me peignant le matin, mais silence pas le droit de cafter à l'époque!
antoine LEYENDECKER samedi, 17 novembre 2007 - 18:34
Jacky

Dans tes souvenirs, Gérard, tu évoques Mr Pierron. Je pense que c'est l'instituteur dont je conserve le meilleur souvenir, et loin devant les autres !! Je suis sûr que ses anciens élèves partagent mon avis. Il était très dévoué et je me souviens d'une sortie à la campagne où il nous avait emmené: Alain Grumberg (fils du libraire au bout de la rue Kellermann) et moi-même. Qu'un double hommage soit rendu à Mr Pierron, qui a vécu une épreuve familiale qu'il ne méritait pas et qui ont fait de la fin de sa vie un bien triste calvaire.

Jacky mardi, 13 novembre 2007 - 02:59
Manu

Je cherchais également la définition de ce nom de rue, étant moi même locataire d'un appartement dans cette rue. Super quartier qu'est celui du Sablon. Si quelqu'un a des photos de ce quartier dans les années 40 à 70, je suis preneur. Merci beaucoup.

Manu jeudi, 15 mars 2007 - 15:15
amandine57
:-) jaime bien ecouter les truc ki c passer ds ma rue sa fe ke 14ans ke jhabitte o sablon mai jlaime bien skartier!!(jhabitte rue st pierre )
amandine57 vendredi, 1 décembre 2006 - 13:13
Michèle

"Sente à My" signifie Sentier du milieu. Dans l'ancien français une sente désignait un sentier, et le milieu était dit my. Pour le Sablon la sente à my se trouvait entre la route de Magny (actuelle avenue Malraux) et la rue Saint Pierre, serpentant en passant au milieu des terrains situés entre les deux rues.

Michèle samedi, 2 septembre 2006 - 11:17
Julie

Bonjour! Je cherchais la signification de la rue "sente a my" et je suis tombée là-dessus... Je ne sais pas encore ce que c'est mais en tout cas j'ai lu un témoignage très émouvant!

Une touriste de passage dans la grande tour-

Julie vendredi, 1 septembre 2006 - 11:04
Gérard

Sur la littérature sablonnaise, je peux citer également "L'autorité de la chose jugée". C'est un thriller juridique et une histoire véridique. L'action se passe Metz et au Sablon. L'auteur est Gérard Kapper aux éditions du même nom.

Gérard samedi, 2 juillet 2005 - 21:26
Michèle

Paul Couturiau, (un pseudonyme?) un ancien du Sablon, qui aurait passé son enfance après guerre, en principe rue Dom Calmet, a écrit un roman de science fiction dans lequel il décrit les rues et l'environnement du Sablon avec ses commerces. Son roman "La porte de l'enfer" a été publié aux éditions du rocher en 2004 sous le pseudonyme de Saül Bergman.

Sous le nom cette fois de Paul Couturiau, il a publié fin 2003 aux éditions presse de la cité, terres de France, un roman dont l'action se passe Metz, sous l'occupation. Il y décrit une action fictive de la résistance, ayant une vague ressemblance avec l'histoire du Père Tranquille que vous pouvez consulter sur ce site. Ce roman porte le titre de "En passant par la Lorraine".

Certaines personnes ont aimés, d'autres ont émis des critiques.

Michèle samedi, 2 juillet 2005 - 21:23

counter