Le lavoir municipal

En octobre 1791 avaient eu lieu des réparations pour l'entretien de la fontaine communale.

En février 1803 le bassin de la fontaine Saint André, avait été reconstruit, puis en 1808 des pavés avaient été mis autour de la fontaine. En 1818 nouvelles réparations.

En juin 1823 la décision avait été prise de démolir le lavoir ainsi que la terrasse voisine, en raison de leur vétusté. La reconstruction était prévue en moellons et pierres de taille. La longueur serait de 10 mètres pour une largeur de 7,20 mètres. Deux ouvertures seraient aménagées dans le mur donnant sur le chemin. On accéderait au lavoir par un escalier de 10 marches en pierre de taille, muni d'une rampe. Il y serait construit deux bassins de 5,20 mètres sur 2, avec deux séparations dans chaque bassin. Le prix prévue pour la construction était de 698,32 francs.

En 1825 Sébastien Lejaille avait vendu 12 francs un terrain de 10 pieds de long sur 5 de large, situé lieudit "sous les plantes" au ban saint André, pour y construire un lavoir. Il ne s'agissait pas d'une nouvelle construction, puisqu'il en existait un en très mauvais état, depuis plusieurs siècles, qui se trouvait à la sortie d'une source très abondante. Le lavoir n'était pas public, mais réservé aux habitants de la commune. Il était même défendu aux étrangers à la commune de s'y laver. La construction de ce lavoir avait coûté la somme de 685 francs.

En 1826 du grillage avait été mis sur l'écoulement des eaux, car les enfants en s'amusant le bouchaient souvent, ce qui avait pour conséquence de faire refluer l'eau qui pourrissait les madriers.

Le 1er février 1830 une adjudication pour un montant de 1.500 francs, avait été faite au profit de François Bello, charpentier au Sablon. Celui-ci avait construit un hangar servant de couverture au lavoir public, entre le 1er mars et le 30 avril 1830.

En mai 1838 un nouvel enduit mis un an avant sur un des bassins s'était dégradé. Un nouveau mur avait été construit en pierres de taille, pour remplacer celui qui s'était dégradé à deux reprises. Montant de la facture 662,98 francs.

En 1859 beaucoup d'habitants de la ville lavaient ou faisaient laver leur linge à la fontaine communale. Il avait été décidé de faire payer à ces personnes étrangères à la commune,une taxe de 30 centimes par place et par jour.

Plus tard les habitants du Sablon qui profitaient du lavoir public, payaient à leur tour une taxe de 0,50 mark par année.

Ce billet n'a pas de commentaires

Fil des commentaires de ce billet

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

:-) ;-) :-/ :-| :-D :-( :-C 8-) :-o ;-( 8-O :-D


counter