Le Sablon après 1870

Le conseil municipal avait voté en 1870 une donation de 100 francs et la caisse des écoles avait rajouté 60 francs pour le secours aux blessés. En 1872 la commune avait reçu au titre d'indemnité pour le logement des militaires, la somme de 218.23 francs. En 1874 avait été déposée une plainte par les jardiniers relative aux incessantes rapines. Les voleurs s'emparaient des

27 déc. 2004 michele

Le Sablon de l’annexion

En septembre 1870 le Sablon ressemblait à un polygone où d’énormes barrages avaient été installés sur les chemins. Le génie avait détruit toutes les plantations. Le Sablon paraissait à l’abri d’une attaque. La Seille formait un immense lac que dominaient les batteries de Queuleu et de la Horgne. En septembre 1873 un vaste magasin d’une superficie de près de 2.500 m2 venait

27 déc. 2004 michele

Les relations avec l’autorité allemande

En août 1877 la direction de l'arrondissement, en raison de la croissance des affaires, avait pris la décision de ne plus faire parvenir les dépêches et décisions en deux langues. La commune avait été priée de trouver une personne capable de traduire les dépêches en langue allemande de façon claire et dans les plus brefs délais. En 1887 il avait été demandé au maire de faire

27 déc. 2004 michele

La commune

Au cours de l'annexion le Sablon s’était reconstruit. Entre 1870 et 1900 environ 150 maisons avaient été construites. De petites industries s’étaient développées principalement le long de la route de Magny. A la fin du siècle le Sablon comptait environ 600 maisons et quelques ateliers et magasins supplémentaires. En 1898 la population avait presque triplé puisqu'on comptait

27 déc. 2004 michele

Projet d’une gare de triage

Projet de création d’une gare de triage dans le triangle du Sablon par la compagnie des chemins de fer de l’est. Vu l’importance de la gare de Metz par suite de l’exploitation de la ligne Reims-Metz, le chemin de fer avait décidé d’établir une gare affectée au service des marchandises dite gare de triage, à établir à gauche de la ligne directe de Montigny à Forbach et

27 déc. 2004 michele

Les finances du bureau de bienfaisance

En 1830 il y avait des indigents dans la commune, mais pas de mendiant. En 1858 les recettes provenant principalement de la fête, des jeux, des quêtes, des concessions au cimetière avaient rapporté 196,86 francs. La seule dépense avait été un achat de médicaments pour 8,90 francs. Sur les 187,96 francs restants, 100 francs avaient été placés. En 1863 la population du Sablon

27 déc. 2004 michele

La société de secours mutuel

Suite à la délibération du conseil municipal du 8 février 1855, un arrêté du Préfet avait autorisé la création d'une société de secours mutuel. Le Préfet avait remarqué que le Sablon était composé de nombreux ouvriers et petits commerçants, ainsi qu'un assez grand nombre d'habitants aisés, connus pour leur sentiment de charité et qui pouvaient aider la société. Le 13 décembre

27 déc. 2004 michele

La vie de la commune

Chien de chasse

Entre 1850 et 1860 la taxe sur les chiens rapportait 132 francs, les chiens de première classe, chiens d'agrément ou de chasse étant taxés à 3 francs, les chiens de deuxième classe, chiens de garde étant taxés à 1,50 franc. Dans le même temps le salaire du sonneur de la retraite se montait à 30 francs et celui du tambour communal à 12 francs. Une pompe à incendie à 610,92

27 déc. 2004 michele

Installation d'entreprises de 1830 à l'annexion

Le 16 juin 1831, Christophe Niclose & Cie, pharmacien et droguiste sur la route d'Augny, mais domicilié à Metz, avait déclaré qu’un début de feu dans une petite maisonnette en planches, avait été communiqué au dépôt de vernis, par l'imprudence d'un garçon, manipulateur de l'établissement. Le 7 décembre 1837, à 3 heures de l'après-midi, Jean Genot, Joseph Léopold Genot,

27 déc. 2004 michele

Evolution du village

Le Sablon en 1844

Au milieu du 19ème siècle le Sablon était composé d'habitations isolées sur une vaste étendue de terrain, presque toutes éloignées de l'église et de l'école. Les habitants, des jardiniers étaient très laborieux. En 1851 la population était d'environ 800 âmes pour passer à 938 habitants en 1866. Au mois d'octobre 1847 un nouveau plan cadastral dénombrait environ : 186 hectares

27 déc. 2004 michele

counter