Le conseil municipal

25 floréal an 8 (1er mai 1800) Composition du conseil municipal du Sablon Nomination par le préfet du maire et de son adjoint Maire : Dominique Métry - Adjoint : François Forfert - Conseillers : Dominique Lagrange - François Wuillaume - Jean Tribout - Charles Blaise - Pierre Loyat - Antoine Grosjean - Joseph Vrémy - Joseph Margot - Pierre Michaux - Pierre Henry fils - 2° jour

Le lavoir municipal

En octobre 1791 avaient eu lieu des réparations pour l'entretien de la fontaine communale. En février 1803 le bassin de la fontaine Saint André, avait été reconstruit, puis en 1808 des pavés avaient été mis autour de la fontaine. En 1818 nouvelles réparations. En juin 1823 la décision avait été prise de démolir le lavoir ainsi que la terrasse voisine, en raison de leur vétusté.

La Seille

A la fin du 18ème siècle il avait été envisagé de creuser un canal pour relier la Seille à la Moselle afin d'éviter les inondations. Le canal prévu aurait pu prendre sur la Seille au coude près de Marly et passer derrière Frescaty pour rejoindre la Moselle. Sa profondeur varierait de 74 à 35 pieds et sa pente serait de l'ordre de 4 pieds 4 pouces, la Moselle étant plus basse

27 déc. 2004 michele

Recensement des chemins en 1812

Plan des rues en 1812

L'an 10 (1802) les chemins du Sablon avaient été réparés avec des matériaux provenant du vieux château démoli de la Horgne. Le premier septembre 1812 des bornes avaient été placées sur les chemins du Sablon pour délimiter la largeur nécessaire à chacun des chemins ou sentiers. Un inventaire des chemins avait été établi. Le chemin de la Halsidrac, planté de petits peupliers,

27 déc. 2004 michele

Le plan cadastral

En 1811 avait été établi le premier plan cadastral du Sablon. Le Sablon comptait 67 maisons pour une superficie d'environ 300 arpents. Les bâtiments occupaient une surface de moins d'un arpent, les vergers 5 arpents, les pâtures un arpent, les prés 51 arpents, les terres labourables 32 arpents, les mesoyages cultivés en légumes 131 arpents, les jardins potagers 48 arpents et

27 déc. 2004 michele

Les biens après la révolution

L'an 7 (1799) le Sieur Willaume avait acheté un terrain sur lequel il devait laisser le droit de passage du sentier au Sieur Tribout. Acquisition faite, le Sieur Willaume s'était empressé de fermer le passage par la construction d'un mur. Suite à quoi il lui avait été ordonné le 2 Messidor de rétablir le droit de passage prévu, non seulement pour le Sieur Tribout mais également

27 déc. 2004 michele

Les réquisitions

En 1815 avaient eu lieu des réquisitions pour l'approvisionnement de la troisième division militaire. Deux vaches sur pied étaient à livrer à Metz, 8,8 quintaux d'orge, 100 kilos de foin, 1200 kilos de paille étaient réquisitionnés pour un montant de 442 francs. La réquisition des prés communaux, ainsi que la nourriture des bestiaux mis en subsistance dans la commune avaient

27 déc. 2004 michele

Le contingent

Le 21 mars 1793 pour compléter le contingent, le recrutement des armées avait fixé l'engagement à 20 hommes de l'age de 18 à 40 ans. En juillet 1795 (thermidor an 3) recensement de tous les citoyens valides de 16 à 60 ans. Il y avait 30 hommes dont 26 mariés. N'étant pas assez nombreux pour former une compagnie, ils avaient été joints à ceux de Montigny. Le premier janvier 1832

27 déc. 2004 michele

Les larcins dans la commune du Sablon

Le 22 septembre 1791 Anne Tribout, native de Pagny les Goin était servante chez la veuve Guelte. Elle lui avait pris 12 gros écus pour les donner à sa sœur. Il avait été conseillé à la veuve Guelte de mettre sur le champ, sa servante à la porte. Le premier juillet 1793 Dominique Métry, Maire du Sablon, voulait expulser un nommé Barbier et un inconnu en garnison à Metz,

27 déc. 2004 michele

La période révolutionnaire

Le 9 mars 1789 avait été rédigée la lettre de doléances suivante : Les habitants, tous mésoyers ou journaliers sont surchargés de tailles royales et n'ont que le travail de leurs mains pour vivre. Le ban du Sablon a une grande étendue, mais les propriétaires bourgeois et religieux en occupent la plus grande partie et ne paient rien sur les impositions. La cherté des vivres

27 déc. 2004 michele

counter