Saint Pierre aux Champs

En 1093 Saint Pierre avait été reconstruit avec des pierres moulurées plus au sud de l'amphithéâtre dans les jardins de Saint Pierre. Le grand jubilé de Rome permettait d'obtenir la rémission de tous ses péchés. La même rémission était accordée à tous ceux qui se rendaient deux fois par semaine à Saint Pierre aux Champs, le mercredi et le vendredi, pendant un an. L'église avait

Représentation de Saint Clément et du Graouilly dans les Arènes

Saint Pierre aux Arènes

Situé dans l'amphithéâtre, le premier oratoire chrétien aurait été placé dans les cavernes ou couloirs qui passaient sous les spectateurs. L'oratoire avait probablement été saccagé par les Huns en 451, mais avait à nouveau existé au IX° siècle, attesté par la liste stationnale. Au XI° siècle il servant toujours d'église stationnale, il semblait presque abandonné. L'évêque

Le quartier des Basiliques

Le quartier du Sablon avait été nommé « Quartier des Basiliques » en raison des nombreuses églises et abbayes construites sur le site. Il avait subsisté jusqu'en 1552, lors du siège de Metz, lorsque le duc de Guise avait fait abattre toutes les églises et abbayes situées hors des remparts de la cité.

26 déc. 2004 michele

Le Christianisme - Saint Clément

Selon la tradition, l'Évêque Clément était arrivé à Metz vers le milieu du III° siècle. Il avait fondé un premier oratoire dans les ruines de l'amphithéâtre qu'il avait dédié à Saint Pierre. Mais les ruines ayant été infestées de serpents. Clément les avaient entraînés à sa suite jusqu'au bord de la Seille et leur avait ordonné de ne plus reparaître. Voilà l'origine de la

26 déc. 2004 michele

La nécropole

Trouvé à la Horgne

Un important cimetière gallo-romain avec de nombreuses sépultures, des urnes et des médailles, des auges rectangulaires contenant des ossements, de nombreuses sépultures avec des cercueils en pierre ou en bois, entremêlées de monnaies romaines, des cercueils en plomb et des poteries était situé sur le ban du Sablon. Plus d'une centaine de stèles funéraires avait aussi été

26 déc. 2004 michele

L'amphithéâtre

Lieudit la fosse aux serpents, cet édifice était d'une dimension imposante, 148 mètres sur 124 mètres, l’arène mesurant 65 mètres sur 41 mètres. En 1610 cette ruine comptait encore plus de 50 colonnes. Il subsiste encore actuellement des ruines enfouies dans le quartier de l’amphithéâtre, contiguës au centre Pompidou-Metz.

26 déc. 2004 michele

La voie Romaine

Une couche de sable sur des pavés, eux-mêmes posés sur une couche de terre glaise, voici les vestiges de la voie romaine qui menait à Scarpone (rues du vingtième corps et Franiatte). Parallèlement à cette route l'aqueduc romain qui conduisait les eaux de Gorze à Metz. Les inégalités du sol étaient compensées par des piles.

26 déc. 2004 michele

La Déa Victoria

La dea victoria

Des murs antiques et des poteries, une statue décapitée, couchée face contre terre : la Déesse de la Victoire, avec des ailes et une branche de laurier sur l'épaule gauche et dont la tête n'avait pas été pas retrouvée. Près de la statue des pièces romaines, la plus intéressante présentait sur une face le dieu Neptune avec son trident, sur l'autre face Néron au longs cheveux

26 déc. 2004 michele

La Déa Icovellauna

Un puits octogonal, avec un escalier en spirale qui s'enfonçait dans le sol et conduisait à une source. Des ex-voto, témoignages de reconnaissance à la déesse Icovellauna étaient fixés à l'aide de clous. La source située au lieudit au Sugnon au sud de la gare de triage, avait été tarie en 1882.

26 déc. 2004 michele

counter